Meurtre de Natacha Mougel : le procès d'une récidive

  • A
  • A
Meurtre de Natacha Mougel : le procès d'une récidive
@ MAXPPP
Partagez sur :

PROCÈS - Natacha Mougel, 29 ans, avait été tuée alors qu'elle faisait un jogging à Marcq-en-Baroeul, dans le Nord. Son meurtrier présumé avait déjà été condamné.

L'INFO. Au moment des faits, le drame avait ému jusqu'à l’Élysée. Alain Penin, le meurtrier présumé de Natacha Mougel, disparue en 2010 alors qu'elle faisait un jogging et retrouvée morte le lendemain, est jugé à partir de lundi devant la cour d'assises du Nord, à Douai. Âgé de 42 ans, il est accusé d'enlèvement et de séquestration avec actes de torture et de barbarie, tentative de viol avec arme, le tout en état de récidive, et homicide volontaire. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Une centaine de coups de tournevis. Le 5 septembre 2010, Natacha Mougel, 29 ans, sort faire du jogging à Marcq-en-Baroeul, dans le Nord. Cette jeune cadre de l'enseigne de magasins de sports Decathlon s'entraîne sur un itinéraire très fréquenté par les joggeurs, selon France 3 Nord-Pas-de-Calais. En début de soirée, la jeune femme disparaît. Son corps, criblé d'une centaine de coups de tournevis, est retrouvé le lendemain, sur un chemin près de la forêt de Phalempin, à une vingtaine de kilomètres de là. Le meurtre suscite une grande émotion et les obsèques de Natacha Mougel se déroulent en présence des ministres de l'Intérieur et de la Justice de l'époque, Brice Hortefeux et Michèle Alliot-Marie.

obsèques de natacha mougel, e1default

Un employé des Restos du Cœur. Le meurtrier présumé est vite retrouvé. Un témoin qui avait relevé le numéro d'immatriculation de sa voiture permet aux enquêteurs de remonter jusqu'à Alain Penin, 42 ans, employé aux Restos du Coeur, placé en détention provisoire le 8 septembre 2010. Aux policiers, ce dernier donne des indications pour découvrir le corps. En garde à vue, il reconnaît les faits, mais certaines de ses déclarations sont annulées en juin 2011. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Douai estime en effet que ces "déclarations ont été recueillies en ne respectant pas les règles de la garde à vue", selon son avocat, Me Abderrahmane Hammouch.

Un accusé déjà condamné. Au-delà de l'émotion, l'affaire suscite aussi la polémique sur la lutte contre la récidive. Car Alain Penin a déjà été condamné pour des faits similaires. En février 2006, il avait écopé devant les assises des Haut-de-Seine à 10 ans de réclusion criminelle pour le viol en mai 2004 d'une femme, agressée pendant un jogging dans la région parisienne. Il avait bénéficié d'une libération conditionnelle en septembre 2009.

"Alain Penin doit être neutralisé". Au micro d'Europe 1, le père de la victime assure : "je vais le tuer de mes yeux". "Alain Penin doit être neutralisé", assure Yves Mougel. Aujourd'hui encore, "les familles ont du mal à comprendre comment, après ce qu'il s'est passé la première fois, on a pu relâcher aussi rapidement cette personne. Ils attendent des explications", indique de son côté Me Emmanuel Rabier, avocat du compagnon, du frère et de la belle-sœur de Natacha Mougel. "Si le pire a été évité (la première fois), ce n'est pas grâce à lui parce qu'il y a eu une retenue, c'est grâce à la victime. Elle a eu suffisamment de sang-froid pour retourner la situation", explique l'avocat, qui assure que "le procès, c'est celui de Penin. Il ne s'agit pas simplement de faire des reproches à l'institution judiciaire". Ce que veulent les proches de Natacha Mougel, c'est "d'abord la condamnation de Penin". "Mais il faut quand même obtenir des explications sur le parcours de Penin, qui est quelqu'un qui a caché sa véritable nature tout en la connaissant", relève Me Bruno Drye, avocat des parents de la jeune femme.

"Pas le procès de la libération conditionnelle". Quant à Me Hammouch, l'avocat d'Alain Penin, il n'a pas voulu s'exprimer juste avant le début du procès. Au moment de la mise en examen de son client, en 2010, il avait toutefois déclaré : "je ne pense pas que ce soit le procès de la libération conditionnelle", ajoutant qu'Alain Penin aurait dû de toute manière "sortir à un moment ou à un autre".

sur le même sujet, sujet,

RETOUR SUR - Une marche pour Natacha Mougel

ÉMOTION - Les obsèques de Natacha Mougel