Meurtre de Laetitia : Tony Meilhon accuse un de ses amis d'être son complice

  • A
  • A
Meurtre de Laetitia : Tony Meilhon accuse un de ses amis d'être son complice
@ BENOIT PEYRUCQ / AFP
Partagez sur :

Au quatrième jour de son procès, Tony Meilhon a réaffirmé avoir eu un complice et l'a nommé durant l'audience. 

Tony Meilhon a réaffirmé vendredi, au quatrième jour de son procès en appel à Rennes, avoir eu un complice pour démembrer le corps de Lætitia Perrais et a nommé, pour la première fois, l'un de ses amis dont la complicité a pourtant été écartée par les enquêteurs.

Un de ses amis nommé. Alors qu'il était interrogé sur les faits vendredi matin, Tony Meilhon a nommé l'un de ses amis, Wilfried D., en l'accusant d'avoir procédé, à sa place, au découpage du corps de Lætitia qu'il assume en revanche avoir lui-même tuée. C'est la première fois que Tony Meilhon donne un nom mais il répète cette version, dans laquelle il rejette la faute du démembrement du corps sur un complice qu'il appelait "Monsieur X", depuis son premier procès en 2013 à Nantes.

Un homme déjà entendu par les gendarmes. Cette révélation a laissé dubitatif le président de la cour d'assises d'appel Philippe Dary qui a aussitôt rappelé que l'homme désigné par l'accusé avait été entendu par les gendarmes dès le début de l'enquête pour écarter une éventuelle complicité, et doit témoigner à ce procès en appel le 22 octobre.  La thèse d'un éventuel complice a été mise à mal jeudi durant l'audience. "On a fait le tour, il n'y a aucun élément qui laisse à penser qu'il y a une tierce personne qui soit intervenue", ni pour le meurtre ni ensuite pour sa dissimulation, a affirmé l'adjudant-chef Franck Touchais, directeur d'enquête de cette affaire.

Les faits. Lætitia Perrais a été étranglée et poignardée plusieurs dizaines de fois le 19 janvier 2011. Son corps démembré a ensuite été dissimulé dans deux étangs distants pour compliquer les recherches. Tony Meilhon a été condamné en première instance en 2013 à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de 22 ans et d'une rétention de sûreté.