Le meurtrier de Marie-Jeanne Meyer condamné à 30 ans de prison

  • A
  • A
Le meurtrier de Marie-Jeanne Meyer condamné à 30 ans de prison
@ MAXPPP
Partagez sur :

JUSTICE - Anthony Draoui était jugé depuis mardi pour le meurtre d'une joggeuse de 17 ans en Ardèche en 2011. 

Anthony Draoui a été condamné vendredi à une peine de 30 ans de réclusion criminelle, assortie d'une période de sûreté des deux tiers, par la cour d'assises de l'Ardèche qui le jugeait pour le meurtre de la jeune Marie-Jeanne Meyer. Cet ancien SDF de 22 ans avait été arrêté fortuitement en Espagne près d'un an après les faits et la découverte du corps calciné de la jeune joggeuse en 2011.

Période de sûreté de 20 ans. Cette condamnation est conforme aux réquisition de l'avocat général qui avait souligné le "risque très élevé de récidive" et "les troubles très graves de la personnalité" de l'accusé. "On est en face d'un véritable massacre. Vous n'assumez pas l'horreur de votre geste. Ce qui fait horreur, c'est la sauvagerie pour faire disparaître le corps", a-t-il poursuivi dans son réquisitoire. Il a également demandé "qu'à la fin de la totalité de la peine" de l'accusé, "il y ait un  réexamen de la situation pour une nouvelle peine de sûreté".

"Marie-Jeanne n'avait pas d'autre solution que de le suivre comme une brebis qui va à l'abattoir. On nage en pleine contradiction pour cacher l'innommable", a poursuivi le magistrat.   

Marie-Jeanne disparait lors de son footing. Le 18 juin 2011, vers 18 heures, Marie-Jeanne Meyer, brillante lycéenne, décrite comme une jeune fille réservée et discrète, part faire son jogging habituel sur une colline escarpée de Tournon, non loin du domicile familial. Mais, sans nouvelle d'elle dans la soirée, son ami donne l'alerte et un très important dispositif de recherches est aussitôt mis en place, mobilisant aussi la population.

Le corps dénudé, en partie calciné et démembré de Marie-Jeanne est découvert trois jours plus tard dans une large fosse remplie de pierres et recouverte de branchages sur une plateforme de terre.

>> LIRE AUSSI - Marie-Jeanne, tuée à 17 ans : un jeune marginal devant la justice