Metz : l'inquiétante disparition d'une ado et de son père

  • A
  • A
Metz : l'inquiétante disparition d'une ado et de son père
Aurore n'a plus donné signe de vie depuis dimanche.@ Capture d'écran Facebook
Partagez sur :

Ils ont disparu depuis dimanche. Le père souffre de troubles du comportement. Un appel à témoins a été lancé.

L'INFO. Le père et sa fille de 13 ans venaient de renouer le contact. Ils n'ont plus donné signe de vie et ont disparu depuis dimanche. Michael Krackenberger, 38 ans, et Aurore Mangel ont disparu dans la nuit de dimanche à lundi dans les alentours de Metz, en Moselle. Les enquêteurs de la brigade des mineurs de la Sûreté départementale de Metz ont lancé un appel à témoins mercredi. Le père est désormais recherché pour "soustraction de mineur". "Il y a des raisons de nous inquiéter", a déclaré mercredi le procureur adjoint du parquet de Metz, Laurent Czernik.

07.08 aurore.mangel.krackenberger.jpg

© DR

Un père sous curatelle renforcée. Aurore insistait depuis longtemps auprès de sa mère pour mieux connaître son père biologique, Michael Krackenberger. Alors, depuis juillet, ils avaient commencé par passer quelques week-ends ensemble. Puis, devant l'insistance de l'adolescente, "très demandeuse de voir son père", selon le parquet, sa mère avait accepté de confier Aurore à son papa pour le mois d'août. Une décision lourde de sens, puisque Michael Krackenberger souffre de trouble bipolaire, ou maniaco-dépressif, ce qui lui vaut d'être placé sous curatelle renforcée. L'homme n'a néanmoins "jamais été décrit comme ayant été violent avec quiconque" et qui n'a "aucun antécédent judiciaire", a indiqué le procureur adjoint.

Placé sous un régime de curatelle depuis l'âge de 19 ans du fait de sa bipolarité, qui peut le faire passer "par des états d'euphorie importante puis rapidement par des états dépressifs", Michael Krackenberger "serait actuellement en rupture de traitement médicamenteux", a précisé Laurent Czernik. Il aurait mis fin depuis un an à son suivi par un hôpital psychiatrique.
Il s'agit d'une personne "assez isolée", sans emploi et disposant a priori de peu d'argent, son budget étant géré par sa curatrice, qui lui a remis 200 euros le 31 juillet, a encore indiqué le procureur adjoint.

07.08-aurore-mangel

© DR

Un dernier SMS à sa mère dimanche. Tout semble avoir basculé dimanche. Depuis le début du mois d'août, la jeune fille vivait avec son père dans le studio de ce dernier. La maman recevait des nouvelles régulières d'Aurore jusqu'à un ultime SMS, dimanche soir, aux alentours de 21 heures, disant que  "tout se passe bien, qu'elle l'aime et lui souhaite une bonne nuit". C'est son dernier signe de vie. Plus tard dans la soirée, Michael Krackenberger se rend chez son propre père. Il explique vouloir lui emprunter son véhicule pour ramener Aurore chez sa mère car il fait trop chaud chez lui. Ce soir-là, le grand-père n'aperçoit pas l'adolescente mais prête sa voiture à son fils, une Suzuki Baleno de couleur grise, immatriculée en Moselle. Problème : Michael Krackenberger ne ramène pas le véhicule à son père lundi matin comme convenu initialement. Il n'a pas non plus déposé Aurore chez sa mère. Le procureur adjoint a indiqué que le véhicule disposait d'une autonomie en essence de 400 km. C'est la mère d'Aurore qui a alerté la police depuis lundi 14 heures.

Leurs deux portables coupés. Depuis, c'est le black-out. Plus personne n'a vu Aurore et son père. Leurs deux téléphones portables ont été brusquement coupés dans la nuit de dimanche à lundi. Les enquêteurs ne peuvent ainsi pas les géolocaliser. Les policiers s'attachent donc désormais à éplucher les images de vidéo surveillance de la ville de Metz, rapporte Le Républicain Lorrain. La police a également interrogé les proches et les voisins du père et de sa fille, essayé de les joindre au téléphone, visité le studio du père et patrouillé sur ses différents points de chute habituels, sans résultat. Les enquêteurs ont également mené leurs investigations, en vain, dans les aéroports, gares et hôpitaux de la région.

"On est passé d'une disparition inquiétante à celle d'une flagrance pour soustraction de mineure par ascendant", a expliqué le procureur adjoint de Metz, Laurent Czernik. L'enquête pour flagrance se caractérise par l'urgence de la situation et se restreint aux crimes et délits punis d'une peine d'emprisonnement. "Cela donne plus de moyens coercitifs pour interpeller quelqu'un", a précisé le magistrat.  Le père risque pour l'heure jusqu'à un an de prison. Passé cinq jours, ce délit est passible de trois ans de prison.

>> APPEL A TÉMOINS : la police de Metz recherche les personnes qui ont vu depuis dimanche Michael Krackenberger  et Aurore Mangel, ou la voiture Suzuki Baleno de couleur grise immatriculée 381 ACF 57.  Tél. : 03.87.16.17.17