Menacé, un lycéen est rétrogradé en 3e

  • A
  • A
Menacé, un lycéen est rétrogradé en 3e
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un élève de 2nde a été contraint de retourner en 3e après avoir été victime de violences.

Au départ, même son avocat n’a pas compris. Menacé à plusieurs reprises, un élève de seconde a demandé à changer de lycée. Faute de place dans un autre établissement du Val-de-Marne, l’inspection académique lui a tout bonnement proposé de retourner en 3e.

"Victime d'embrouilles"

Agé de 15 ans, Yanis*, qui avait intégré le lycée professionnel Maximilien-Perret d'Alfortville à la rentrée 2009, raconte avoir été rapidement victime "d'embrouilles de quartier" avec d’autres jeunes.

Accompagné par sa famille, Yanis demande alors à être réaffecté dans un autre lycée. "J'étais prêt à aller n'importe où mais pas à Alfortville", explique-t-il.

La solution de l'académie

Mais l'inspection académique lui a proposé une solution à laquelle, il ne s’attendait pas : un retour en 3e. "On m'a dit il n'y avait plus de place en seconde technologique, c'était ça ou je restais chez moi", estime l’adolescent.

Résultat : depuis le 1er décembre, Yanis est officiellement rétrogradé en classe de 3e au collège Georges-Brassens de Villeneuve-le-Roi.

"Cette histoire est tellement incroyable"

L’avocat de la famille, Me Romain Sabon, entend contester cette décision devant le tribunal administratif. "Cet élève est la victime de violences et la seule réponse de l'administration, c'est de le déclasser au plan scolaire alors qu'il n'a jamais redoublé", dénonce l'avocat. "Cette histoire est tellement incroyable", s’indigne-t-il vendredi sur Europe 1.

L'inspecteur d'académie du Val-de-Marne, Didier Jouault, reconnaît une "erreur". "Réaffecter cet élève en 3e n'était pas la bonne solution d'autant que la famille n'avait pas donné son autorisation écrite", explique-t-il. Selon lui, un rendez-vous vient d'être pris avec la famille et Yanis pourra réintégrera une classe de 2nde à la rentrée des vacances de février. "On va trouver une place pour ce garçon", assure-t-il.

*Le prénom a été modifié.

REAGISSEZ - Pensez-vous que les solutions apportées contre les violences scolaires sont suffisantes ?