Melun : un avocat tire sur le bâtonnier et se suicide

  • A
  • A
Melun : un avocat tire sur le bâtonnier et se suicide
@ AFP PHOTO / THOMAS SAMSON
Partagez sur :

Un avocat a tiré jeudi matin à plusieurs reprises sur le bâtonnier du barreau de Melun avant de se suicider. Le pronostic vital de ce dernier n'était plus engagé jeudi après-midi.

Un avocat a tiré à plusieurs reprises jeudi matin sur Henrique Vannier, le bâtonnier du barreau de Melun, dans le bureau de ce dernier. L'avocat, Joseph Scipilliti, s'est ensuite suicidé. Le bâtonnier est grièvement blessé, mais son pronostic vital n'est plus engagé. 



Que s'est-t il passé ? Les faits se sont déroulés aux alentours de 9h30. L'avocat est entré dans le bureau du bâtonnier du barreau de Melun avec qui il avait rendez-vous et a fait feu à trois reprises sur le bâtonnier. L'avocat a ensuite retourné l'arme contre lui et mis fin à ses jours. Grièvement blessée, la victime a été transférée à l'hôpital Henri-Mondor à Créteil où elle se trouvait d'abord "dans un état critique", selon des sources proches du dossier. Son pronostic vital n'était cependant plus engagé en cours d'après-midi. 

L'avocat était sous le coup d'une procédure de suspension. Si on ignore, pour l'heure, les raisons du geste de l'avocat, on sait que le bâtonnier devait lui notifier une suspension ce jeudi, une suspension d'une durée potentielle de trois ans. Face à cette perspective, l'avocat avait envoyé plusieurs lettres de menaces au bâtonnier. Il avait également écrit un document de 200 pages relatant son conflit avec le Conseil de l'Ordre. Il concluait : "j'ai été trop discrédité, trop piétiné. Maintenant, je veux en finir".

"Il semble que l'avocat était inquiété par une procédure disciplinaire", a confirmé à Europe 1 une avocate qui devait rentrer en audience au moment du rendez-vous prévu entre les deux hommes. Cette avocate s'est dite "émue et attristée" par le drame. 

Le "pressentiment". Pierre Cassen, fondateur de Riposte Laïque, collectif considéré comme proche de l'extrême droite et défendu de longue date par l'avocat qui a tiré jeudi sur le bâtonnier de Melun, a pressenti qu'il allait "se passer quelque chose" après avoir reçu très tôt jeudi un texte de l'avocat. "On a reçu par courriel, Christine Tasin (fondatrice de Résistance Républicaine) et moi, un texte de 240 pages de Joseph Scipiliti à 5h42 du matin", a-t-il raconté. "Christine m'a appelé et m'a dit 'je suis inquiète'", a-t-il ajouté.

"En lisant l'introduction, on a toute de suite senti qu'il allait se passer quelque chose", a-t-il dit. Avant de poursuivre: "on s'est dit 'il est possible qu'il mette fin à ses jours ou qu'il s'en prenne au bâtonnier'".

Qui est l'avocat qui a tiré avant de se suicider ? Joseph Scipilliti était notamment connu pour être l'avocat de "Riposte Laïque", un site d'extrême-droite. Il avait ainsi défendu une collaboratrice du site, Christine Tasin. Cette prof de lettres à la retraite se revendiquant comme islamophobe avait été condamnée pour des propos injurieux tenus en marge de la fête de l'Aïd el-Kébir.

Qui est la victime grièvement blessée ? Entré en fonction en 2008 et âgé à l'époque de 36 ans, Henrique Vannier a été le plus jeune bâtonnier d'Ile-de-France. Il est arrivé en 1999 au barreau de Melun et a ouvert son cabinet d'avocat en 2001.

"L'effroi" de Christiane Taubira. Dans un communiqué, la garde des Sceaux a fait part de son "effroi" qualifiant de "terrible" l'agression dont a été victime le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Melun. "Il n'est pas concevable que nos juridictions et les maisons de l'ordre des avocats deviennent pour eux des lieux dangereux", dit-elle dans le communiqué tout en adressant "un message de sympathie" à la famille et aux proches de Henrique Vannier.

"Ses pensées vont également aux membres du barreau de Melun et à l’ensemble des magistrats et agents du TGI de Melun également ébranlés par ce drame", poursuit-elle en disant veiller "à ce que tous les moyens nécessaires au bon déroulement de l’enquête soient mis en oeuvre".