Melun : la mort par noyade confirmée

  • A
  • A
Melun : la mort par noyade confirmée
@ CAPTURE GOOGLE STREET VIEW
Partagez sur :

Ce jeune homme est mort lundi soir après avoir sauté dans la Seine en voulant fuir un contrôle.

Youssef, un jeune homme de 24 ans, est mort dans la nuit de lundi à mardi après avoir tenté d'échapper à un contrôle d'identité. Le jeune homme a voulu fuir la police en sautant dans la Seine à Melun, a-t-on appris mardi de source judiciaire. L'autopsie a confirmé mardi "une asphyxie par noyade", a-t-on appris de source judiciaire en fin de journée.

Selon les premiers éléments recueillis par Europe 1, des officiers de la Compagnie départementale d'intervention (CDI) sont intervenus vers minuit pour contrôler un groupe de sept ou huit personnes, soupçonnées de consommation de stupéfiants rue du Château, sur l'île de Melun. La CDI a été appelée en fin de soirée par la police municipale qui jugeait le petit groupe trop bruyant. Lorsqu'elle est arrivée sur place, vers minuit, la CDI a procédé à des contrôles d'identité. Le jeune, porteur de stupéfiants, a alors décidé de se jeter dans la Seine pour fuir le contrôle.

Une vaine tentative de sauvetage

Au moment du contrôle, deux membres du groupe ont pris la fuite en scooter, a précisé Romain Vezine, délégué départemental du syndicat Alliance. Le frère de la victime est lui resté sur place et a tenté de secourir son frère, sans succès, selon la même source.

Un policier a également tenté en vain de le sauver. "Le policier essaye de l'agripper mais les courants sont forts. Le jeune homme commence à couler et, à un moment, le fonctionnaire risque lui-même de couler. Il boit plusieurs tasses et quand il sent que ce n'est plus possible, il regagne la berge. Il est lui-même en difficulté et ce sont ses collègues qui l'aident alors à remonter la berge, tant il est fatigué de cette tentative de sauvetage", a raconté à Europe 1 Chantal Baccanini de la sécurité publique.

Le corps du jeune homme a finalement été remonté vers 0h30 par une équipe de plongeurs. Malgré les efforts pour le réanimer, ce dernier a été déclaré mort une heure plus tard, à 1h30. Il y a un an, un policier avait trouvé la mort par noyade au même endroit. "Aucune faute n'a été commise de la part des policiers lors de ce contrôle", a conclu une source judiciaire.