Meilhon, itinéraire d'un tueur présumé

  • A
  • A
Meilhon, itinéraire d'un tueur présumé
@ MAXPPP
Partagez sur :

Suspect dans la disparition de Laëtitia près de Pornic, son parcours est jonché de violence.

A 31 ans, le parcours de Tony Meilhon est déjà bien chargé. Mis en examen pour "enlèvement suivi de la mort" de Laëtitia, -le fait de viol ayant été abandonné lundi soir faute de charges suffisantes-, le suspect n'en est pas à sa première confrontation avec la justice. Treize condamnations en quinze ans, viol sur un codétenu à 17 ans, braquage avec un pistolet à grenaille à 25 ans. Comment en est-il arrivé là ?

Un homme à la dérive

Cadet d'une famille de quatre enfants, Tony est un homme "en souffrance", selon sa sœur aînée, et a grandi dans un univers digne de Zola. Un frère né d'un viol de sa mère par son grand-père, des parents séparés quand il a 6 ans, un père alcoolique et violent, déchu de ses droits pendant cinq ans, et un beau-père qui rejette Tony. Le jeune homme arrête très vite des études de peinture pour verser dans le vol de voitures, et dès 16 ans, Tony Meilhon est déjà en prison. C'était un homme qui était en "recherche permanente d'affection", explique son aînée dans Le Parisien de samedi dernier.

Les séjours en prison s'enchaînent, entrecoupés de très courtes périodes de liberté. A 17 ans, il viole un codétenu et écope d'une peine de 5 ans de prison. A 23 ans, il commet trois braquages en une seule journée, et fait deux blessés, pour un butin de 60 euros. Devant la cour d'assises, il expliquera que s''il a versé dans la violence "c'était pour attirer l'attention de ses proches". Il est encore condamné à six ans de prison.

Il a menacé de mort son enfant

Des experts psychiatres le décrivent à l'époque comme une personnalité psychopathique maîtrisant mal son agressivité. Selon sa mère, "quand on lui disait non, il devenait fou et était très possessif au niveau des femmes", témoigne-t-elle dans France Soir. Elle assure que son fils l'a menacée de mort ainsi que son épouse et son enfant âgé aujourd'hui de six ans.

Tony Meilhon sort pour la dernière fois de prison en février 2010. Condamné pour "outrage et menace sur magistrat", le jeune homme avait effectué une peine de six mois ferme et faisait l'objet d'un suivi et d'une mise à l'épreuve. Il devait donc se présenter régulièrement à la justice. Mais depuis trois mois, le jeune homme avait arrêté de respecter ces contrôles.

Il était venu rôder

Depuis le 4 janvier, Meilhon était également inscrit sur le fichier des personnes recherchées car il "avait omis de signaler son changement d'adresse, comme doivent le faire toutes les personnes inscrites au Fichier judiciaire des auteurs d'infractions sexuelles".

Début janvier, il était venu rôder autour de la maison de sa mère avec qui il était brouillé depuis des années. "J'avais prévenu les gendarmes qu'il allait se passer quelque chose de grave, si on m'avait écoutée, cela ne serait pas passé", rapporte cette dernière. Pour un autre proche familial, même reconnu coupable, Tony Meilhon ne passera pas aux aveux. : "c'est un égoïste, violent (....) il ne dira pas où il a planqué le corps de Laëtitia", assure-t-il.