Marseille : un homme mis en examen pour avoir tué et caché sa mère dans un mur

  • A
  • A
Marseille : un homme mis en examen pour avoir tué et caché sa mère dans un mur
Le crâne a été découvert dans un appartement du quartier de Saint-Louis à Marseille (image d'illustration du quartier)@ Capture d'écran Google Street View
Partagez sur :

Le meurtrier a pu être identifié à partir de la découverte d'un crâne dans un appartement.

À partir de la découverte d'un crâne humain dans les murs d'un appartement de Marseille, les enquêteurs ont découvert l'identité de la femme à laquelle il appartenait et celle de son meurtrier : son propre fils, raconte La Provence vendredi

La preuve d'un meurtre dans un mur. Tout aux travaux de son appartement, un nouveau propriétaire a fait une découverte macabre à Marseille en septembre dernier : un crâne humain. Grâce à une étude minutieuse, un médecin légiste et un anthropologue sont parvenus à découvrir le destin de cette personne. La trace d'une lésion révèle que le crâne appartenait à une personne tuée par balle moins de 10 ans auparavant. 

Mis en examen et écroué. Pendant plus de quatre mois, les enquêteurs de la brigade criminelle ont remonté cette piste pour découvrir l'identité de la personne tuée et de son meurtrier. Cette femme d'une soixantaine d'années a été tuée par l'un de ses fils avec une arme de poing et l'a emmurée. Il continuait de toucher le RSA versé à sa mère, administrativement toujours vivante. Interpellé mardi, "l'homme a reconnu les faits, remontant à 2010. Il a été mis en examen et écroué pour homicide aggravé, étant donné que c'était sur un ascendant légitime", a déclaré vendredi le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux, confirmant une information de La Provence.

Il a gardé le corps de sa mère dans sa voiture. "Il a expliqué que dans le cadre d'une dispute avec sa mère, il a utilisé une arme de poing pour la tuer dans leur appartement. Il a ensuite conservé le corps une dizaine de jours dans une voiture, avant de le placer dans un vide sanitaire de leur domicile", a précisé le procureur. L'homme n'était connu que pour des infractions au code de la route, a-t-il ajouté.