Marseille : quatre policiers mis en examen

  • A
  • A
Marseille : quatre policiers mis en examen
@ MAXPPP
Partagez sur :

Huit autres agents de la Bac Nord de Marseille ont été déférés devant les juges vendredi.

Quatre des douze policiers de la brigade anti-criminalité du nord de Marseille ont déjà été mis en examen vendredi et écroués dans la foulée, selon les informations d'Europe 1. Tous doivent répondre des faits de vol et d'extorsion d'argent et de drogue, a annoncé le procureur de la République Jacques Dallest qui a également fait état d'enregistrement accablants. D'autres mises en examen devraient vraisemblablement suivre dans cette enquête préliminaire lancée en novembre 2011.

"Il n'y a pas de place pour ceux qui salissent la police et la République", a affirmé Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur. La police, "pour être respectée, pour mener à bien son travail" doit être "exemplaire", a ajouté le ministre qui se rendra le 12 octobre à Marseille.

>>> A lire : Ce qui est reproché à la Bac

D'autres personnes impliquées ?

Treize policiers au total avaient été placés en garde à vue mardi et 15 autres avaient été entendus librement par les 30 enquêteurs de l'Inspection générale de la police nationale en charge du dossier. Mais l'affaire pourrait prendre davantage d'ampleur. Le procureur de la République de Marseille a en effet indiqué que d'autres personnes pourraient encore être impliquées. "Le sentiment, c'est qu'on a une gangrène qui a touché ce service", a déploré Jacques Dallest.

Au terme d'une enquête d'un an, la police des polices a en effet mis au jour de nombreuses exactions. Les policiers sont suspectés d'avoir volé, ou de s'être fait remettre, des produits stupéfiants ou de l'argent. Ils auraient également soutiré des cigarettes de contrebande à des vendeurs à la sauvette.

"Un catalogue d'agissements inacceptables"

Les micros placés dans les véhicules des suspects ont permis de confirmer les accusations portées contre eux. Selon le procureur de Marseille, les conversations des suspects sont "accablantes" et révèlent "tout un catalogue d'agissements inacceptables".

Le Clos la Rose Marseille

© MAXPPP

"Quand on lit les retranscriptions synthétiques des conversations tenues par les fonctionnaires de la Bac jour dans les véhicules, c'est assez instructif sur les pratiques délictueuses qui étaient en cours chez les intéressés, avec des fonctionnaires que l'on retrouve et qui sont nombreux, semble-t-il, à être dans ce que je considère comme un système organisé de vol, de racket, de trafic de drogue", a ajouté le magistrat.

Une affaire loin d'être terminée

Lors des perquisitions, environ 450 grammes de produits stupéfiants ont été retrouvés, ainsi que plusieurs sommes d'argent dont la plus importante avoisine 800 euros, le tout ayant été découvert dans les vestiaires ou les faux plafonds de la Bac, a précisé le procureur.

>>> Lire : "Ripoux" de Marseille : un an d'enquête

Selon ce dernier, les fonctionnaires auraient agi en "bande organisée" et ces pratiques étaient répandues au sein de la Bac officiant de jour. "Tout y passe et de façon répétée dans le temps, c'est une affaire lourde loin d'être terminée", a insisté Jacques Dallest.