Marseille : deux morts dans une fusillade

  • A
  • A
Marseille : deux morts dans une fusillade
@ Max PPP
Partagez sur :

Un homme et une femme ont été tués dans un nouveau règlement de comptes dans une cité.

Nouveau règlement de comptes à Marseille. Une semaine après le meurtre d'un jeune homme dans le quartier nord de Marseille, une nouvelle fusillade a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi. Cette fois, les faits se sont déroulés dans une cité sensible de La Pomme, dans le 11e arrondissement de Marseille.

Un jeune homme de 26 ans et une femme de 39 ans ont été tués avec une arme de guerre, de type kalachnikov, par un ou plusieurs individus. L'attaque a eu lieu vers 22h30 alors que les deux victimes se trouvait dans un local associatif, dans un immeuble au coeur même de la cité.

Une victime "collatérale" ?

Le jeune homme a été tuée d'une balle dans la tête. Il était clairement la cible principale de l'attaque. Grièvement blessée après avoir reçu trois balles dans le foie, la femme a quant à elle été transportée à l'hôpital de La Timone à Marseille où elle est morte dans la nuit. Elle pourrait n'être qu'une "victime collatérale" mais des vérifications sont encore en cours.

Si le jeune homme n'avait pas le profil d'un gros délinquant, cet assassinat serait toutefois lié à une expédition punitive récente qui se serait déroulée dans une autre cité des quartiers Sud. Selon les enquêteurs, tout porte à croire qu'il s'agit d'un règlement de comptes. "Reste à déterminer les causes de ce règlement de comptes, chose que va s'atteler à faire la police judiciaire de Marseille et la brigade criminelle", précise David-Olivier Reverdy, secrétaire régional du syndicat Alliance, au micro d'Europe 1.

Les habitants de la cité se taisent

Comme jeudi dernier, dans les quartiers Nord à la cité Le Mail, le préfet délégué à la sécurité, Alain Gardère, s'est rendu sur place. Et il a eu des mots durs pour pointer du doigt l'attitude des habitants de la cité, peu enclins à livrer des éléments aux enquêteurs dépêchés sur place.

"Les gens que nous avons rencontré sont peu amènes de raconter, ne serait-ce que les circonstances, ce qui somme toute n’est pas grand-chose. A se demander même s’ils ont vraiment envie qu’on solutionne l’affaire. Ces gens dans une cité comme celle-ci doivent se complaire, d’une certaine manière, de leur mode de vie", a asséné Alain Gardère.

Il s'agit du second règlement de comptes mortel cette année à Marseille après une série noire fin 2011. L'an passé, 20 règlements de comptes ont été recensés dans les Bouches-du-Rhône faisant 29 victimes dont 16 décédées, la grande majorité à Marseille.