Marseille : "comme nos grands-mères"

  • A
  • A
Marseille : "comme nos grands-mères"
L'incendie a fait également 13 blessés par intoxication de fumées@ Reuters
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE - Évelyne est aide-soignante dans la maison de retraite où six femmes ont été tuées.

Elles étaient ses patientes. Évelyne, aide-soignante à la maison de retraite "Les Anémones" à Marseille, connaissait bien les six femmes mortes dans l'incendie de l'établissement mercredi. Elles résidaient toutes dans son "étage", son "service".

"Hier soir, je leur ai dit bonsoir. On s’est fait un bisou et je ne les reverrai plus. C’est triste", raconte Évelyne au micro d'Europe 1. "On est un peu leur famille. C’est comme si c’était nos grands-mères. On s’y attache voilà", ajoute-t-elle, émue.

"C’est comme si c’était nos grands-mères" :

"La plupart n’étaient pas mobiles"

Les six pensionnaires ne se trouvaient pas à proximité de la chambre du septuagénaire qui a provoqué l'incendie de façon accidentelle. Mais, compte tenu de leur état de santé et de leur âge avancé, il leur était impossible de se déplacer seules. Toutes sont mortes par intoxication, a annoncé la Préfecture dans un communiqué.

"Il y avait une moyenne d’âge de 80-90 ans. La plupart [des victimes] n’étaient pas mobiles. Elles étaient clouées au lit", insiste Évelyne avant d'ajouter "ça a dû être dur d’évacuer tout le monde" apportant ainsi son soutien à ses collègues présents lors du drame.

Mercredi, lorsque l'incendie a éclaté au troisième étage de l'établissement qui compte 180 résidents, quatre personnes assuraient la garde de nuit.