Marseille : 3 policiers en garde à vue

  • A
  • A
Marseille : 3 policiers en garde à vue
@ MAX PPP
Partagez sur :

Après la mise en examen de 12 fonctionnaires, trois nouveaux policiers de la BAC sont inquiétés.

L'hécatombe se poursuit au sein de la BAC Nord de Marseille. Trois nouveaux policiers ont été placés en garde à vue mardi dans l'affaire des policiers présumés "ripoux" de la cité phocéenne. Ces derniers avaient déjà été entendus par les enquêteurs de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) la semaine dernière. Ils sont soupçonnés d'avoir volé et extorqué de l'argent et de la drogue à des dealers.

>>> A lire : Ce qui est reproché à la BAC de Marseille

Dans cette affaire, douze fonctionnaires ont d'ores et déjà été mis examen vendredi. Sept d'entre eux ont été écroués et cinq placés sous contrôle judiciaire. Au total, 30 policiers ont été suspendus dans ce dossier, soit la quasi-totalité des effectifs de l'équipe de jour de cette brigade anti-criminalité.

>>> A lire : "Marseille, c'est du jamais vu"

D'autres personnes impliquées pénalement

Sur décision du ministère de l'Intérieur, ce service a été dissout, après les révélations accablantes sur les pratiques des fonctionnaires de la BAC. Vendredi, Manuel Valls avait en effet affirmé qu'il n'y avait "pas de place dans la police pour ceux qui se détournent des règles de la déontologie, des règles élémentaires". Le ministre de l'Intérieur avait ajouté : "un policier ne peut en aucun cas passer du côté des voyous", évoquant des faits "d'une exceptionnelle gravité".

>>> A lire : L'unité dissoute

Pour sa part, le procureur de la République, Jacques Dallest, avait évoqué devant la presse une véritable "gangrène" au sein du service de police concerné et "une affaire lourde, loin d'être terminée". Et d'ajouter : "il est envisageable que d'autres personnes soient impliquées pénalement".

>>> A lire : L'interview de Jacques Dellest : "des complicités avérées"

Vers une BAC unique à Marseille

L'absence des suspendus est palliée dans l'immédiat par des renforts des deux autres BAC de la ville qui assurent la présence des patrouilles dans le Nord de la ville, où se trouvent la plupart des cités.

Selon plusieurs sources proches du dossier, une BAC unique devrait être rapidement créée. Celle-ci permettrait de faire tourner les effectifs dans la ville et d'éviter que de mauvaises pratiques ne s'y installent par endroits.