Manif pro-palestinienne à Sarcelles : cinq nouvelles interpellations

  • A
  • A
Manif pro-palestinienne à Sarcelles : cinq nouvelles interpellations
@ MaxPPP
Partagez sur :

JUSTICE - Cinq hommes, dont des mineurs, ont été arrêtés mardi matin. Ils sont suspectés de violences sur des policiers lors des émeutes.

Les affrontements s'étaient déroulés en marge d'un rassemblement pro-palestinien, interdit il y a dix jours, à Sarcelles, dans le Val-d'Oise. Cinq hommes suspectés d'avoir pris pour cible des policiers lors de ces émeutes ont été interpellés mardi matin, a-t-on appris de source policière. "Ces interpellations sont liées à l'agression de plusieurs policiers, pris à partie alors que leur véhicule s'était retrouvé coincé dans la manifestation", qui a dégénéré en émeute urbaine, a déclaré une source policière, confirmant une information de RTL.

LIRE AUSSI - Après Paris, une manif pro-palestinienne dégénère à Sarcelles

Des commerces mis à sac. Des violences aux relents antisémites s'étaient produites le 20 juillet dans cette ville de la banlieue nord de Paris. Plusieurs commerces avaient été mis à sac, dont une épicerie casher et une pharmacie, et de nombreux véhicules et du mobilier urbain avaient été incendiés.

Des mineurs interpellés. Les cinq hommes ont été interpellés par les policiers de la Sûreté départementale du Val-d'Oise "tôt ce matin à Sarcelles, Villiers-le-Bel et Paris", a détaillé cette même source. L'un d'eux, connu des services de police, avait déjà été interpellé le jour de la manifestation "pour un autre motif" puis laissé libre. Plusieurs mineurs figurent parmi les individus interpellés. "Ils ont tous été placés en garde à vue pour violence sur personne dépositaire de l'autorité publique, participation à attroupement armé et dégradation", a ajouté la source.

>> LIRE AUSSI - Violences à Sarcelles : "intolérable" pour Valls

D'autres enquêtes en cours. La semaine passée, le tribunal de Pontoise a condamné quatre hommes interpellés à Sarcelles à des peines de prison ferme pour "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique" et "port d'arme". Selon la source policière, d'autres enquêtes sont en cours et pourraient donner lieu à des interpellations prochainement.

>> LIRE AUSSI - Violences de Sarcelles : prison ferme pour 4 casseurs