Hayat Boumeddiene, femme la plus recherchée de France

  • A
  • A
Hayat Boumeddiene, femme la plus recherchée de France
@ FRENCH POLICE / AFP
Partagez sur :

WANTED - La complice présumée d'Amedy Coulibaly, le terroriste tué lors de l’assaut de la porte de Vincennes, est "toujours recherchée".

L’INFO. Qu’est devenue Hayat Boumeddiene ? Cette jeune femme, âgée de 26 ans, est la compagne présumée d'Amedy Coulibaly, le suspect de la fusillade de Montrouge. Mais si le terroriste, tué vendredi lors de l’assaut du magasin Casher dans lequel il retenait plusieurs personnes en otage, était bien connu des services de police, on ne sait, pour l’heure, pas grand-chose de sa petite amie, "toujours recherchée" par les autorités. Le procureur de la République a toutefois glissé vendredi soir que cette dernière a échangé pas moins de 500 coups de téléphone avec la femme de Cherif Kouachi, l'un des deux terroristes à l'origine de la tuerie de Charlie Hebdo, au cours de l'année 2014.

>> VIDÉO - L'assaut Porte de Vincennes

Vendredi matin, peu de temps après le début de la prise d’otage de porte de Vincennes, les autorités ont diffusé un avis de recherche concernant deux personnes : Hayat Boumeddiene et Amedy Coulibaly. Il n'est pas exclu qu'elle se trouve à l'étranger. Les services de renseignement algériens l'auraient localisée en Turquie, près de la frontière syrienne. Difficile de dire si la jeune femme est toujours hors de France. Des témoins affirment à la police l'avoir aperçue à Paris jeudi soir, sortant d'un taxi en compagnie d'Amedy Coulibaly.

avis-de-recherche

Elle "ne figure pas parmi les personnes décédées ou blessées". Certaines informations ont ensuite laissé entendre que le preneur d’otages aurait un complice avec lui. Le nom de Hayat Boumeddiene est alors évidemment ressorti un peu partout sur les réseaux sociaux. Sauf que, selon des sources proches du dossier, la jeune femme "ne figure pas parmi les personnes décédées ou blessées lors de la prise d'otages et de l'assaut". CNN avance une autre piste : Hayat Boumeddiene aurait profité de la cohue lors de la libération des otages pour se mêler à eux et disparaître. Une information à prendre avec énormément de prudence.

>> LIRE AUSSI : prise d'otages à Vincennes : ce qu'il faut retenir

Elle refuse de condamner les attentats d’Al-Qaïda.  Et si elle est activement recherchée, c’est aussi qu’elle n’est pas tout à fait une inconnue pour les services de police. En 2010, après l’arrestation de son compagnon dans le cadre d’une tentative d’évasion de Smain Ait Ali Blekacem - un des responsable de la vague d’attentats à Paris en 1995 – elle confie aux enquêteurs de la Sous-Direction Antiterroriste (SDAT) ses convictions islamistes et ne cache pas ses projets de départ à l’étranger dans un pays arabophone "pour parfaire sa connaissance de l’arabe littéral", selon le Nouvel Obs. Elle avait également refusé de condamner les attentats d’Al-Qaïda, préférant évoquer "les innocents tués par les Américains".

>> LIRE AUSSI : Coulibaly s'était "synchronisé" avec les deux frères Kouachi

Un entraînement à l’arbalète. La même année, elle fait le voyage avec son compagnon jusqu’à Murat, dans le Cantal, le village où logeait en résidence surveillée Djamel Beghal, une figure de l’islam radical condamné pour terrorisme et connu dans les milieux islamistes sous le nom de Abou Hamza. Elle y pose en photo, vêtue d’un voile intégral, s’entraînant au tir à l’arbalète, avec Amedy Coulibaly. Cinq plus tard, son compagnon a réellement pris les armes et tué au moins 5 personnes. Et Hayat Boumeddiene, elle, court toujours...



>> Si vous détenez des informations pouvant permettre la localisation de Hayat Boumeddiene, appelez le numéro vert mis en place par la préfecture de police : 08.05.02.17.17.