Magistrate tuée : l'ex-compagnon écroué

  • A
  • A
Magistrate tuée : l'ex-compagnon écroué
Myriam Sanchez, a été retrouvée assassinée dans la nuit de mercredi à jeudi à l'intérieur de son véhicule.@ MaxPPP
Partagez sur :

Le père des enfants de la magistrate, assassinée jeudi, a été mis en examen samedi.

L'enquête avance après l'assassinat d'une magistrate retrouvée morte dans sa voiture à Bordeaux jeudi matin. Son ex-compagnon et père de ses deux enfants, a été déféré samedi devant le parquet. Il a ensuite été mis en examen et écroué. L'homme de 44 ans fait l'objet d'une information judiciaire pour "assassinat" et "meurtre", selon la vice-procureur, Agnès Aubouin. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité.

Il a très mal vécu la séparation

Les éléments réunis par les enquêteurs incriminent selon l'accusation cet homme qui nie cependant les faits. Son téléphone portable a activé une borne proche de la maison de la victime au moment des faits.

Ce manutentionnaire aurait très mal vécu la séparation du couple en 2009 et la nouvelle relation commencée par son ex-compagne. Myriam Sanchez, 43 ans, s'était plainte auprès de ses proches du harcèlement qu'il lui aurait fait subir.

Le déroulé des faits

Après une journée de travail à l'École nationale de la magistrature (ENM) de Bordeaux, où elle était enseignante, Myriam Sanchez,, avait une première fois regagné son domicile pour confier ses enfants de 5 et 11 ans à une baby-sitter. Puis, elle s'était rendue vers 20 heures chez un ami au Bouscat, dans la banlieue proche de Bordeaux. Selon cette personne, qui a été entendue par la police, Myriam Sanchez l'aurait quittée vers 1h30, jeudi matin. L'agression a été commise au moment où elle rentrait chez elle, à l'aide "d'un objet contondant et/ou tranchant", a précisé le procureur.

La voiture de la magistrate était garée à 20 mètres de son domicile. C'est la mère de la baby-sitter, résidant juste à côté, qui a remarqué la voiture vers 7h30 et a alerté la police. Le corps de la victime occupait les deux sièges avant du véhicule, la tête en sang.

"C'est vraisemblablement au moment où elle était de retour devant chez elle que l'agression a été commise. "On a retrouvé son sac à main avec, à l'intérieur, ses papiers, sa carte bancaire, du numéraire, ce qui a priori semble évacuer la thèse d'un crime crapuleux", avait-il ajouté.

"D'importantes lésions à la tête"

D'après le procureur, "l'enquête permet d'annoncer que l'homicide dont a été victime Myriam Sanchez s'inscrit dans un contexte privé et plus précisément d'ordre passionnel". Une autopsie a eu lieu jeudi en fin de journée et devrait apporter des précisions sur les causes exactes de la mort. La victime présentait "d'importantes lésions à la tête", a indiqué le procureur, ajoutant que l'autopsie devra déterminer la présence ou pas de traces de violences sexuelles.