Lourdement handicapé, il est débarqué d'un avion de Jetairfly

  • A
  • A
Lourdement handicapé, il est débarqué d'un avion de Jetairfly
Le jeune homme, lourdement handicapé, a été débarqué d'un avion de la compagnie belge.@ AFP
Partagez sur :

Un jeune homme, souffrant de myopathie, a été débarqué du vol Marrakech-Metz qu'il s’apprêtait à prendre au motif que son appareil respiratoire pouvait constituer un "objet dangereux". Ses parents et lui-même vont porter plainte. 

Un jeune homme de 20 ans, souffrant d'une myopathie et lourdement handicapé, a été débarqué vendredi d'un vol Marrakech-Metz de la compagnie belge Jetairfly, a-t-on appris samedi auprès de sa famille. D'après ses proches, le commandant de bord a considéré que son appareil respiratoire pouvait constituer un "objet dangereux".

Double plainte. Mohamed K., qui voyageait avec ses parents, avait déjà pris place dans l'avion de Jetairfly qui devait le ramener chez lui en Moselle lorsque le pilote a exigé qu'il redescende, faute de pouvoir présenter un certificat médical, a expliqué sa belle-soeur. Le jeune homme et ses parents, qui affirment ne pas avoir été informés des raisons pour lesquelles on leur a demandé de descendre de l'avion, ont annoncé leur intention de porter plainte, en France et au Maroc. 

En février 2014, la compagnie britannique EasyJet avait été condamnée à 50.000 euros d'amende par la cour d'appel de Paris pour avoir débarqué une passagère handicapée moteur au motif qu'elle voyageait sans accompagnateur.

Un trajet aller pourtant effectué sans encombres. "Mohamed vit très mal son handicap. Il a toute sa tête. Il a peur du regard des autres. [...] Se faire débarquer sans ménagement d'un avion devant tout l'équipage, je ne suis pas certaine qu'il s'en remette un jour", s'est emportée sa belle-soeur. Le jeune homme, qui se rend "trois à quatre fois par an" au Maroc, avait effectué le trajet aller sans ambages, avec le même équipement et sur la même compagnie, relève-t-elle.

Un débarquement pour "des raisons de sécurité. Samedi, Jetairfly était injoignable pour répondre aux questions de l'AFP, mais la compagnie a indiqué à la famille, via un message sur Facebook transmis à l'AFP, que "le refus d'embarquement (était) lié à la législation internationale en matière de transport d'objets dangereux que le commandant a appliquée pour des raisons de sécurité". Outre son fauteuil roulant, le jeune handicapé était équipé d'un appareil anti-apnée du sommeil, que la compagnie semble avoir confondu avec un appareil muni d'une bouteille d'oxygène, suppose la belle-soeur du jeune homme.

Comment vont-ils rentrer en France ? Contacté par l'AFP, l'agence de voyages ayant vendu les billets d'avion assure que "tout avait été signalé, comme à l'accoutumée, à la compagnie aérienne Jetairfly qui avait donné son accord". "C'était la première fois qu'il voyageait avec un appareil respiratoire" mais ce point avait été "signalé à la compagnie", a ajouté une responsable de l'agence Leclerc Voyages à Creutzwald, en Moselle. Le jeune homme et ses parents, hébergés dans un hôtel au Maroc, ne savent pas quand ni comment ils vont pouvoir rentrer en France, selon leur famille.