Lot : un chien de la gendarmerie mord un enfant

  • A
  • A
Lot : un chien de la gendarmerie mord un enfant
L'enfant, qui se trouvait derrière une barrière avec sa mère a été mordu mardi par un "chien berger belge malinois" de la gendarmerie lors d'un exercice. (Illustration)@ AFP
Partagez sur :

L'enfant, qui se trouvait derrière une barrière avec sa mère a été mordu mardi par un "chien berger belge malinois" de la gendarmerie lors d'un exercice.

Un chien de la gendarmerie a mordu un enfant de 3 ans, le blessant légèrement, à Lacapelle-Marival, dans le Lot, a-t-on appris mercredi auprès de la famille de l'enfant et de la gendarmerie. L'enfant, qui se trouvait derrière une barrière avec sa mère, a été mordu mardi par un "chien berger belge malinois" de la gendarmerie lors d'un exercice du Centre national d'instruction cynophile de Gramat, a annoncé la Direction générale de la gendarmerie nationale dans un communiqué.

"Aucun élément ne laissait présager le comportement agressif de l'animal", selon la même source. "Immédiatement, les militaires de la gendarmerie, dont un secouriste, présents sur les lieux, ont écarté l'enfant afin de lui donner les premiers soins, avant de prévenir les services d'urgence".

Des traces de morsures à l'abdomen et sous le bras. Le petit garçon porte des traces de morsure à l'abdomen et sous un bras et est très choqué, a indiqué sa famille. Il devait être examiné par un psychologue mercredi, et sa famille a exprimé son intention de porter plainte. Un médecin de l'hôpital de Figeac l'a examiné, sans estimer que ses blessures étaient équivalentes à une interruption temporaire de travail (ITT), indique une source proche du dossier.

Le colonel et directeur du centre cynophile, ainsi que le maire de la commune, se sont rendus au domicile de la victime. Le directeur général de la gendarmerie nationale, Richard Lizurey, a adressé des "vœux de prompt rétablissement" et "son soutien total aux parents du jeune enfant".

Examens vétérinaires. Des "mesures suspensives ont été prises afin de procéder aux examens vétérinaires obligatoires" sur l'animal et une enquête pour "blessure entraînant une invalidité inférieure à 3 mois par agression d'un animal domestique" a été ouverte, selon le communiqué de la gendarmerie.