Lot-et-Garonne : les pilleurs d'églises voulaient ouvrir un musée

  • A
  • A
Lot-et-Garonne : les pilleurs d'églises voulaient ouvrir un musée
@ AFP
Partagez sur :

Des collectionneurs et cambrioleurs d'édifices religieux ont été interpellés mercredi pour le cambriolage de cinq églises près de Marmande.

Ils pillaient les églises de la région de Marmande par amour de l'art religieux. Les gendarmes ont eu une double surprise en pénétrant dans un Manoir du Lot-et-Garonne, jeudi. Plus de 700 objets sacrés étaient soigneusement entreposés  dans la belle demeure habitée par deux hommes. Des collectionneurs plus que des voleurs agissant pour l'argent, et qui, placés mercredi en garde à vue, ont reconnu cinq cambriolages d'églises.

Il y en avait "jusque dans la douche". C'est grâce à une paroissienne, qui a relevé un numéro d'immatriculation, que les gendarmes se présentent mercredi à l'adresse des suspects. Il s'agit d'un Belge et d'un Français qui habitent une grande et belle maison… mieux garnie ou presque qu'une cathédrale.

A l'intérieur, les gendarmes découvrent  des centaines d'objets religieux : "jusque dans la douche", confie un militaire qui n'en revient toujours pas. Des statuettes représentants des saints, des candélabres, des croix : toutes sortes d'objets cultuels, parmi lesquels les enquêteurs retrouvent ceux qui ont été dérobés dans cinq églises de la région de Marmande.

Des vols par souci de restauration et de conservation. Très vite, le chef d'escadron Emmanuel Locatelli et ses hommes comprennent qu'ils n'ont pas affaire à des voleurs classiques. "Leur état d'esprit est de se dire : 'c'est dommage que dans nos églises qui sont peu fréquentées, on ait des objets de valeur qui dépérissent avec le temps et l'humidité. Leur souci était donc de préserver ces objets", rapporte-t-il au micro d'Europe1.

"Ils prenaient les plus dégradés, dans le but de les restaurer. Ils avaient le projet de faire de leur manoir un petit musée ouvert aux gens", explique le militaire. "Lorsque l'on a dû ramener les objets volés, ils nous ont tout de suite proposé des couvertures pour emballer les objets et éviter de les dégrader. Et ils se proposent eux-mêmes de tenir une des statues dans leur bras pour éviter que la main qui est un peu fragile ne se casse", conclut le chef d'escadron.

Les objets dérobés dans les églises du Marmandet ont tous été restitués jeudi soir. Les deux passionnés de biens religieux, devenus voleurs, doivent être présentés à la justice vendredi.