Lot-et-Garonne : deux femmes poignardées, un suspect aux mobiles troubles en garde à vue

  • A
  • A
Lot-et-Garonne : deux femmes poignardées, un suspect aux mobiles troubles en garde à vue
Le suspect a été interpellé dans une station-service.@ PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :

L'homme a blessé deux femmes dont une grièvement, mardi soir, dans l'agglomération d'Agen.

Un homme d'une trentaine d'années a été placé en garde à vue, mercredi, à Agen, après les agressions au couteau de deux femmes, dont l'une a été grièvement blessée, à une heure d'intervalle dans l'agglomération, pour des motifs encore troubles, a appris l'AFP jeudi de sources concordantes.

Poignardée sans s'en rendre compte. La première agression a eu lieu mardi vers 19h30 sur le parking d'un supermarché du sud d'Agen, où une femme de 55 ans a ressenti une brusque douleur au dos. Pensant d'abord à un coup du hayon de son coffre, ce n'est qu'une fois chez elle qu'elle a aperçu une plaie de 4 cm de profondeur et largeur, a-t-on précisé auprès de la gendarmerie. Elle a fait l'objet d'une ITT de sept jours.

Une victime en soins intensifs. Une heure plus tard, à environ six kilomètres d'Agen, une automobiliste de 26 ans a été percutée à l'arrière par un autre véhicule qui le suivait de près. Les deux voitures arrêtées, l'occupant du second véhicule est venu à hauteur de la conductrice et, à travers la fenêtre ouverte, l'a poignardée au visage et à l'aisselle, avant qu'elle ne réussisse à démarrer. La victime, sérieusement atteinte, restait hospitalisée jeudi en soins intensifs.

Suspect "atypique". Grâce au signalement du véhicule, et après une importante traque police-gendarmerie, le suspect a été interpellé mercredi dans une station-service. Soupçonné de tentative d'assassinat et de violences volontaires avec arme et préméditation, il a été placé en garde à vue. Le profil du suspect, qui travaillerait comme intérimaire, a été jugé comme "atypique" par les enquêteurs, mais sans antécédent connu comme déséquilibre mental. Une éventuelle piste terroriste ou des velléités djihadistes ont été écartées a priori, selon une source proche du dossier.