L'incendie de la mosquée d'Auch est "un acte volontaire réfléchi"

  • A
  • A
L'incendie de la mosquée d'Auch est "un acte volontaire réfléchi"
Partagez sur :

Le procureur de la République du Gers s'est rendu sur les lieux de l'incendie pour connaître les premiers éléments de l'enquête consécutive à l'incendie de la mosquée dimanche. Hollande a condamné "avec fermeté" cet incendie criminel.

Une origine criminelle. Les certitudes commencent à affleurer dans le Gers. L'incendie qui a détruit dimanche à l'aube la mosquée d'Auch est un acte d'origine criminelle, a fait savoir lundi le procureur de la République Pierre Aurignac. "Nous pouvons affirmer en l'état de l'enquête que c'est un acte volontaire réfléchi à l'origine de l'incendie de la mosquée d'Auch", a-t-il déclaré, précisant s'être rendu sur les lieux dans l'après-midi pour être informé des premiers éléments de l'expertise en cours.

Lundi soir, François Hollande a condamne "avec fermeté" cet incendie criminel, soulignant que les musulmans de France devaient "pouvoir exercer leur culte en toute liberté et en toute sécurité", selon un communiqué de l'Elysée. "Tout est mis en oeuvre pour que les coupables soient identifiés et punis", ajoute le chef de l'Etat à propos de cet incendie criminel qui a détruit dimanche à l'aube cette mosquée.

Un hydrocarbure utilisé. "Le ou les auteurs ont visiblement utilisé un accélérant de type hydrocarbure pour accélérer le départ de l'incendie par le toit de l'édifice", a ajouté le procureur. "Ceci explique l'étendue des dégâts occasionnés", a-t-il souligné. Une équipe d'experts était en train d'examiner les traces de l'incendie qui a ravagé 70% de ce lieu de culte dimanche vers 03H00 du matin.

"Un travail considérable reste à réaliser avant de parvenir à identifier et traduire en justice le ou les auteurs" de l'incendie, ajouté le procureur. Il a promis de mettre "les moyens les plus importants au service de l'enquête". Les commissariats d'Auch et de Toulouse sont co-saisis de la suite l'investigation, a-t-il précisé.

"Nous ignorons en l'état totalement le ou les motivations des auteurs et aucune piste n'est actuellement privilégiée", a poursuivi le procureur de la République, soulignant qu'"il n'existait jusqu'à présent à Auch aucune tension entre les communautés religieuses".

"Une attaque insupportable" pour le CFCM. "Cette nouvelle attaque insupportable d'une mosquée, lieu de prière et de quiétude, intervient seulement deux semaines après l'attaque au cocktail Molotov qui a visé la mosquée de Mérignac", relève le CFCM dans un communiqué signé de son président, Anouar Kbibech.