L'homme tué en pleine rue à Nancy était connu de la justice

  • A
  • A
L'homme tué en pleine rue à Nancy était connu de la justice
@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

L'homme a été tué samedi matin en pleine rue, dans un quartier réputé calme proche du centre de Nancy, à quelques centaines de mètres de la gare

L'homme de 34 ans, tué samedi matin en pleine rue à Nancy par au moins deux assaillants armés et cagoulés, avait un passé judiciaire lié à un trafic de stupéfiants mais semblait avoir "tourné la page" depuis plusieurs années, a-t-on appris dimanche de sources concordantes. La victime, un homme "d'origine marocaine", père de deux enfants, "n'avait plus vraiment fait parler de lui" depuis sa sortie de prison, en 2005, a précisé à l'AFP une source proche du dossier.

Il avait un "passé" en lien avec les stupéfiants. "Il s'était manifestement repenti. Il était parti vivre dans le sud de la France avec sa compagne et ses deux jumelles, puis était revenu s'installer à Nancy depuis au moins un an", a ajouté la source, précisant qu'il s'était lancé dans une activité immobilière, achetant des appartements qu'il revendait après les avoir rénovés. Il avait un "passé" en lien avec les stupéfiants, mais "n'a jamais été inquiété depuis son incarcération", a dit de son côté une autre source proche du dossier.

Deux hommes "grands et fins, cagoulés" ont pris la fuite. L'homme a été tué samedi matin en pleine rue, dans un quartier réputé calme proche du centre de Nancy, à quelques centaines de mètres de la gare. "Aucune piste n'est privilégiée" mais les enquêteurs pensent que la victime n'a pas été visée de manière "fortuite", avait dit aux journalistes, peu après les faits, le vice-procureur, Michel-Simon Journo. Selon une témoin ayant assisté à la scène depuis son lieu de traval tout proche, l'homme a été tué par deux hommes "grands et fins, cagoulés", qui sont ensuite montés dans une camionnette blanche, et ont pris la fuite. Le parquet - qui s'est refusé à tout autre commentaire d'ici lundi - a évoqué trois supects, mais selon les témoins, seuls deux hommes auraient ouvert le feu.