Les zones d'ombre de l'évasion de R. Faïd

  • A
  • A
Les zones d'ombre de l'évasion de R. Faïd
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les interrogations sont nombreuses après l'évasion de ce "détenu particulièrement signalé".

Après l'évasion spectaculaire samedi matin de Redoine Faïd de la maison d'arrêt de Sequedin, près de Lille, les questions sont nombreuses.

Où a fui Redoine Faïd ? Alors qu'un mandat d'arrêt européen a été lancé contre lui, la première destination qui vient à l'esprit des enquêteurs, c'est la Belgique. La frontière n'est, en effet, qu'à une quinzaine de kilomètres de Sequedin. De plus, la Belgique est rapidement accessible par l'autoroute A25. Or, c'est sur l'A25 que Redoine Faïd a abandonné et incendié un premier véhicule à hauteur de Ronchin.

Sequedin-Ronchin, 12 km avant de disparaître :



Agrandir le plan

>>> A lire : Qui est Redoine Faïd, l'évadé en cavale ?

D'autres détenus au parfum ? Selon le syndicat FO-direction, au moment même où Redoine Faïd prenait "plusieurs fonctionnaires pénitentiaires en otages pour couvrir sa fuite", des détenus "d'un bâtiment alors en promenade refusaient de réintégrer". Cet incident "concomitant pourrait laisser penser à une planification possible des événements".

La maison d'arrêt de Sequedin

© CAPTURE GOOGLE MAP

A-t-il bénéficié de complicités lors de son évasion ? Cela semble évident. Cette évasion "a été préparée avec minutie" et "de longue date", affirme la CGT pénitentiaire, puisqu'il "avait des complices qui l'attendaient à l'extérieur". "Manifestement, il a bénéficié d'une ou plusieurs complicités (…) C'est une enquête minutieuse qui a débuté", a déclaré, plus prudent, le procureur à Lille. Ce dernier a d'ailleurs indiqué qu'un complice attendait Redoine Faïd à bord d'un premier véhicule stationné à proximité de la prison. Un des frères du braqueur, présent avant l'évasion au parloir sans avoir eu un contact avec le fugitif, est ressorti libre des locaux de la police judiciaire de Lille dimanche soir, où il avait été placé en garde à vue samedi matin.

>>> A lire : Une évasion spectaculaire

Sa cavale est-elle appuyée ? Pour les enquêteurs, Redoine Faïd a vraisemblablement le soutien d'un groupe ou d'un réseau relativement structuré… ce qui devrait rendre difficile sa localisation par les enquêteurs.

>>> A lire : "En cavale, tu sais que ça va mal finir"
sedequin 930

© Max PPP

Quel est le dispositif mis en place pour le rechercher ? Le fugitif fait l'objet, depuis samedi, d'un mandat d'arrêt européen "dans l'ensemble de l'espace Schengen". Par ailleurs, au moins une centaine de policiers et gendarmes sont mobilisés pour retrouver le braqueur, selon le parquet de Lille. Des surveillances par hélicoptère ont même été organisées.

>>> A lire : Un mandat d'arrêt européen lancé

L'administration pénitentiaire a-t-elle failli ? Sur place samedi, la garde des Sceaux a réfuté toute "faille" de la part des surveillants ou du système de détection. Ce n'est pas l'avis des syndicats : la CGT Pénitentiaire a ainsi dénoncé un manque de moyens et de systèmes adaptés à la fouille. "La CGT pénitentiaire avec d'autres syndicats avaient demandé à plusieurs reprises une fouille générale de l'établissement. Hélas, les organisations syndicales n'ont pas été écoutées et la fouille générale demandée n'a jamais eu lieu", déplore l'organisation dans un communiqué. Les fouilles intégrales sur les personnes détenues n'ont par ailleurs pas été remplacées par du matériel de détection adéquat et performant, regrette l'organisation syndicale.