Les parents du petit Antoine encore entendus

  • A
  • A
Les parents du petit Antoine encore entendus
@ Max PPP
Partagez sur :

Cette audition pourrait faire avancer l'enquête sur la disparition du garçon en 2008.

Nouveau départ dans l'enquête sur Antoine. Quatre ans après la disparition de l'enfant de six ans, à Issoire, dans le Puy-de-Dôme, la mère et le beau-père ont été entendus mardi.

La mère du garçonnet a pour l'instant été entendue dans le cadre d'une "brève audition", pour vérifier des éléments techniques. Partie civile dans ce dossier, il n'est pas exclu qu'elle soit à nouveau placée en garde à vue, comme elle l'avait déjà été en septembre 2008, avant d'être remise en liberté.

De son côté, le beau père a été placé en garde à vue dans un lieu tenu secret avant d'être relâché mercredi. Le compagnon d'Alexandrine Brugerolle de Fraissinette ne sera pas présenté à un juge d'instruction pour une mise en examen, rapporte La Montagne

Un nouveau départ dans l'enquête ? Après plus de quatre ans d'enquête infructueuse, cette audition pourrait marquer un nouveau départ car des zones d'ombre demeurent. Antoine, qui n'allait plus à l'école à cause d'une gastroentérite selon sa mère, avait été laissé seul devant un dessin animé pendant que sa mère était partie dîner en ville avec son compagnon. A leur retour, l'enfant avait disparu.

De nombreuses zones d'ombre. Un scenario qui laisse dubitatif les enquêteurs. Ces derniers soulignent des contradictions entre les déclarations du couple, en particulier sur l'emploi du temps de la mère et de son compagnon dans les jours ayant précédé le signalement de la disparition de l'enfant. Par ailleurs, Alexandrine et Sébastien ont toujours prétendu que le ravisseur de l'enfant avait emporté un sac de sport, sauf que le sac en question a été vu par les gendarmes le soir de l'alerte.

Un couple au casier judiciaire rempli. Le profil de ce couple de toxicomane interpelle aussi les enquêteurs. La mère du petit Antoine et son compagnon sont en effet incarcérés depuis mai 2012 à Marseille. Mis en examen pour homicide, ils sont soupçonnés d'être directement impliqués dans le meurtre d'une Marseillaise de 37 ans découverte dans sa baignoire le 15 juin 2011 dans un état de décomposition avancée.