Paris : les lycéens dans la rue pour Rémi Fraisse

  • A
  • A
Paris : les lycéens dans la rue pour Rémi Fraisse
@ EUROPE 1/Gérald Kierzek
Partagez sur :

SIVENS - Une nouvelle manifestation de lycéens est prévue jeudi dans la capitale. 

C'est pour Rémi Fraisse, le manifestant de Sivens tué le 26 octobre dernier, mais aussi pour d'autres revendications que les lycéens se mobilisent jeudi. Le syndicat Fidl (principal syndicat lycéen) va tenter de rameuter ses troupes autour d'une remise en cause générale de la politique du gouvernement. Une manifestation dans le calme est prévue jeudi à midi, à partir de la place de la Nation à Paris. Mais le mouvement de prostestation a commencé ce matin par des blocages de lycée. 

>> LIRE AUSSI - Barrage de Sivens : quatre mois ferme pour un manifestant

Appels au blocage. Une dizaine d'établissements parisiens sont concernés jeudi par des appels au blocage. Devant le lycée Hélène Boucher, dans le 20e arrondissement, les poubelles ont été réquisitionnées pour faire un barrage. C'est aussi le cas du lycée Paul Valéry dans le 12e, Sophie Germain dans le 4e ou encore à Maurice Ravel dans le 20e. 

Portes ouvertes. Au lycée Hélène Boucher, cependant, les portes restent ouvertes grâce aux parents d'élèves qui se sont mobilisés. Ils empêchent par leur présence le blocus total de l'établissement. "C'est intolérable qu'ici dans un lycée, on demande à une fédération de parents d'élèves de venir empêcher un blocus", s'exclame Gabriel, élève de 16 ans, interrogé par Europe 1.

>> LIRE AUSSI - La carte de France des zones à défendre (ZAD)

"Les parents d'élèves n'ont rien à voir là-dedans", selon lui. "Je pense que la liberté de manifester, c'est pour tout le monde", rétorque une mère d'élève. "Moi, je ne sui pas favorable à ce qu'on empêche des enfants, qui veulent aller en classe, d'aller en classe", a-t-elle ajouté.  

La grande majorité des élèves a donc pu se rendre en cours ce jeudi au lycée Hélène Boucher. Une cinquantaine d'irréductibles sont restés devant le barrage, dans l'attente du début de la manifestation.

>> LIRE AUSSI - Fraisse : l'université de Rennes fermée par précaution