Les dérapages scatophiles du chef du protocole

  • A
  • A
Les dérapages scatophiles du chef du protocole
Des vidéos scatophiles du responsable des cérémonies au ministère de l'Intérieur ont été découvertes.@ MAXPPP
Partagez sur :

Des vidéos scatophiles du responsable des cérémonies au ministère de l'Intérieur ont été découvertes.

Docteur Jekyll et Mister Hyde. D'un côté, c'est l'histoire un fonctionnaire bien noté par sa hiérarchie et apprécié de ses collègues. De l'autre un homme qui met en scène et rend publiques ses pratiques sexuelles extrêmes. L'homme chargé des cérémonies protocolaires au ministère de l'Intérieur, un brigadier-chef aux états de service irréprochables, a été entendu par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) après que des vidéos le mettant en scène dans des scènes scatophiles ont été découvertes sur internet, révèle Le Parisien. Il risque la révocation.

Au-dessus de tout soupçon... Accueil des ministres étrangers sous les ors de l'hôtel Beauvau, cérémonies d'hommage aux policiers et même défilé en première ligne le 14 juillet sur les Champs-Elysées, la carrière de ce brigadier-chef était jusqu'à présent exemplaire. Affecté depuis une dizaine d'années au service du protocole du ministère de l'Intérieur, après cinq années au régiment de dragons de Mourmelon, il arbore, entre autres médailles, celle de chevalier de l'ordre national du Mérite.

Mais derrière cette apparente façade irréprochable, le brigadier-chef cachait quelques secrets. Cet été, son supérieur le convoque pour lui demander de s'expliquer sur des rumeurs concernant des pratiques scatophiles. Il s'en tire en invoquant le respect de sa vie privée. Sa hiérarchie lui fait alors toujours confiance et le fait défiler, comme porte-drapeau, le 14 juillet.

Des vidéos obscènes. Mais en début de semaine, des vidéos compromettantes sont transmises au ministère. Les images, diffusées sur un site web payant spécialisé, on peut voir, selon Le Parisien, le brigadier-chef s'adonner à des pratiques scatophiles. Certaines de ces vidéos ont été tournées "dans les égouts de Berlin", précise le quotidien.

Une enquête ouverte. Le policier a donc été entendu mercredi. L'enquête doit "vérifier si le comportement de ce brigadier-chef a porté ou porte préjudice à l'image de la police nationale, et s'il a commis des fautes de nature à engager ses responsabilités disciplinaires ou pénales", indique le porte-parole du ministère de l'Intérieur.