Les braqueurs étaient... des cinéphiles amateurs

  • A
  • A
Les braqueurs étaient... des cinéphiles amateurs
@ REUTERS
Partagez sur :

Ils tournaient un film mais ont effrayé un voisin qui a alors alerté la gendarmerie.

30.01.Arme.fusil.Kalachnikov.Marseille.930.620

© REUTERS

Les gendarmes de la compagnie de Meylan, dans l'Isère, et l'hélicoptère envoyé spécialement depuis Lyon pensaient tomber sur des poids lourds du grand banditisme. Arrivés dans une forêt de la plaine de Voreppe, ils ont du déchanter : les dix hommes cagoulés et armés qu'un voisin avait aperçus avant d'appeler la police étaient en train de tourner un film amateur, rapporte lundi la quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

Les armes étaient toutes factices et le lance-roquette avait même été réalisé artisanalement mais la ressemblance était telle que "sur instruction du parquet de Grenoble, cet arsenal factice a été saisi et détruit", rapporte le journal. "Quand aux artistes en herbe, il leur a été rappelé que le tournage d’un film sur la voie publique - à plus forte raison lorsque le scénario prévoit l’exhibition d’armes de guerre et met en scène des hommes encagoulés - est soumis à des autorisations diverses", ajoute-t-il.