Les "apéros géants" ville par ville

  • A
  • A
Les "apéros géants" ville par ville
@ MAX PPP
Partagez sur :

Un rassemblement a lieu samedi soir au centre du Mans, sous haute surveillance.

La carte de France des “apéros géants” organisés via Facebook est en train de se transformer en carte de France “apéros géants” interdits. En cause : des débordements trop fréquents et surtout la mort jeudi matin à Nantes d’un jeune homme de 21 ans qui revenait de l’un de ses rassemblements.

Le Mans.Un "apéro géant" a lieu samedi soir au Mans. Il n’a pas été interdit mais était "surveillé". Au final, le maire Jean-Claude Boulard reconnaît qu'il n'était "pas géant". 4.000 personnes étaient attendues et dix fois moins de fêtards se sont rendus place de la République. Ils étaient encadrés par 200 policiers qui leur interdisaient de venir sur la place avec de l'alcool.

Annecy.Un "apéro géant” était annoncé samedi sur les rives du lac. Il a été interdit par la préfecture de Haute-Savoie. "Le rassemblement n'avait pas été déclaré et le site retenu qui se trouvait au bord du lac était particulièrement dangereux", a fait savoir le sous-préfet de Thonon-les-Bains, Jean-Yves Moracchini.

Troyes.L’“apéro géant” prévu le 15 mai a été interdit par arrêté préfectoral vendredi. La mairie de Troyes a quant à elle déclaré avoir "pris des dispositions pour interdire la consommation et la vente d'alcool sur la voie publique entre 18 heures samedi soir et 9 heures dimanche matin". "Entrée gratuite, chacun ramène ce qu'il a envie", mentionnait la page Facebook concernée qui comptait vendredi soir 4.082 membres.

Paris.La préfecture de police de Paris a de nouveau mis en garde, via Facebook, les organisateurs et les personnes relayant un "apéro géant" prévu le dimanche 23 mai au Champ-de-Mars, sur les "risques graves" d'un rassemblement non "organisé et encadré". La mairie de Paris s’est prononcée contre ce rassemblement qui pourrait rassembler près de 50.000 personnes au pied de la Tour Eiffel.

Bergerac.Les organisateurs d'un "apéro géant" prévu en juillet à Bergerac ont décidé de prendre les devants : ils ont annoncé vendredi avoir demandé des autorisations à la mairie et à la préfecture.

Aubenas. Pour cet "apéro géant”, rendez-vous avait été donné vendredi soir à 18h30 pour "trinquer dans le centre-ville". La préfecture de l’Ardèche avait officiellement interdit le rassemblement, ainsi que le transport de boissons alcoolisées. Un dispositif "policier de surveillance et de contrôle" avait également été mis en place pour l'occasion.

Chambéry.Le rassemblement devait aussi avoir lieu vendredi soir, dans un parc situé devant le Palais de justice. Là encore, la préfecture de Savoie avait décidé de prendre un arrêté d’interdiction.