Leclerc : la comptable soupçonnée d'avoir détourné 1 million d'euros

  • A
  • A
Leclerc : la comptable soupçonnée d'avoir détourné 1 million d'euros
@ REUTERS
Partagez sur :

FAIRE FORTUNE - Une ancienne comptable d'une enseigne Leclerc, soupçonnée d'avoir détourné un million d'euros, a été mise en examen.

Voler son employeur pour mener un grand train de vie et ...se faire pincer. Une ancienne comptable d'un magasin Leclerc a été mise en examen mercredi 5 novembre à Versailles, pour "abus de confiance". Elle a été laissée libre, tout comme son mari, selon une source proche de l'enquête. 

Elle reconnait les faits "dans les grandes lignes". La justice soupçonne cette ancienne chef comptable du supermarché Leclerc de Conflans-Sainte-Honorine d'avoir puisé un million d'euros dans les caisses du magasin, d'avril 2007 jusqu'à sa démission en octobre 2013, par le biais de fausses factures et faux bons d'achat. En garde à vue mardi dernier, la quadragénaire a reconnu ces faits "dans les grandes lignes", selon cette source.

Bijoux, chaussures et voyages. La police a saisi au domicile du couple 12.800 euros de maroquinerie, 6.400 euros de bijoux et 40 paires de chaussures de marque coûtant chacune 150 à 1.400 euros, ainsi que 101.000 euros bloqués sur leurs comptes. Tous deux ont aussi dépensé 157.000 euros en voyages durant quelques années, selon le mari. Le couple "n'aurait pas pu mener ce train de vie" avec ses revenus habituels, a poursuivi la source proche de l'enquête.

Elle accuse son PDG dans un premier temps. Les enquêteurs de la sûreté urbaine de Conflans, appuyés par le groupement d'intervention régional (GIR), avaient commencé à enquêter après une plainte du dirigeant du magasin, qui avait constaté la disparition de "fortes sommes d'argent" depuis 2007.

Chef comptable du supermarché pendant 13 ans, l'employée avait d'abord affirmé avoir détourné des fonds à la demande du PDG du magasin et de son épouse, qui l'auraient ensuite remerciée par des versements en chèques et en espèces. Son mari clame, quant à lui, "sa bonne foi" et assure avoir cru bénéficier de la "générosité" des dirigeants de la société, selon une source policière.