Le trufficulteur meurtrier en examen

  • A
  • A
Le trufficulteur meurtrier en examen
@ MAXPPP
Partagez sur :

Il faisait le guet, armé d'un fusil à pompe, et aurait abattu sa victime de deux coups de fusil.

Il a abattu lundi un voleur de truffes présumé à coups de fusil à pompe alors qu'il surveillait ses truffières. Un agriculteur de la Drôme a été mis en examen mercredi soir pour "assassinat" et placé en détention provisoire, a annoncé le parquet de Valence.

"Il a été mis en examen pour assassinat, c'est-à-dire meurtre avec préméditation", a précisé Gilbert Emery, le procureur adjoint. "Le juge d'instruction a dû considérer que, quand on prend une arme capable de tuer pour aller guetter quelqu'un, on a l'intention de le faire", a ajouté une autre source judiciaire.

Son père, également mis en examen

Le père de l'agriculteur a, quant à lui, été mis en examen pour "modification de la scène de crime", après avoir remplacé le fusil à pompe par un fusil de chasse classique. Et un ami de la famille est soupçonné d'avoir dissimulé le fusil à pompe chez lui. Tous deux ont été laissés en liberté.

L'avocat de l'agriculteur de 32 ans, Me Alain Fort, a fait valoir que son client avait été effrayé, alors qu'il surveillait ses truffières de nuit, par la présence de cet homme qui "avait dans les mains quelque chose qui ressemblait à un fusil". Un piochon à truffes, petit ustensile servant à ramasser les truffes, a en effet été retrouvé près du corps, mais aucune arme.

Des manifestations de soutien

L'avocat a également pris la défense du père de l'agriculteur : "Le père a eu un geste maladroit", en remplaçant le fusil à pompe - une arme avec laquelle un coup peut difficilement partir seul - par un fusil de chasse classique. "Il a pris peur car il n'avait pas d'autorisation pour un fusil à pompe", a-t-il ajouté.

L'enquête devra faire la lumière sur la présence avec la victime d'un éventuel chien chercheur de truffes, qui n'a pas été retrouvé.

Une manifestation de près de 200 sympathisants du jeune agriculteur incriminé, par ailleurs président des Jeunes agriculteurs de la Drôme, a été organisée mercredi devant le Tribunal de grande instance de Valence. A l'initiative du syndicat des trufficulteurs locaux, qui dénonce des vols de truffes notamment en cette période de fêtes, une marche de soutien au jeune homme avait déjà été organisée mardi à Grignan, rassemblant environ 250 personnes