Le skieur disparu…était rentré chez lui

  • A
  • A
Le skieur disparu…était rentré chez lui
L'Anglais porté disparu n'était pas enseveli sous une avalanche, il était tout simplement rentré à Londres.@ REUTERS
Partagez sur :

Recherché par les secouristes de Megève pendant 3 jours, cet Anglais était en fait rentré à Londres.

Le skieur disparu samedi dernier sur le domaine skiable de la station de Mégève, en Haute-Savoie, a finalement été retrouvé...grâce au réseau social Facebook.

Les secouristes le cherchaient depuis trois jours lorsque les gendarmes ont eu l’idée de laisser un message sur son profil Facebook. Mardi, cet Anglais leur a répondu, mettant fin à trois jours de recherches intensives : il avait tout simplement réussi à rentrer chez lui, à Londres, en bonne santé.

Un appel au secours énigmatique

Samedi dernier, les pompiers reçoivent l’appel d’un skieur anglais, qui dit s’être perdu sur le domaine skiable de Mégève. Mais avant même de pouvoir donner le moindre détail, la communication coupe : les secouristes se lancent donc à sa recherche, sans connaître le nom ou la localisation exacte du vacancier.

La zone à fouiller est immense, plus de cinquante personnes sont mobilisées, des secouristes et des moniteurs de ski. Les gendarmes utilisent même un hélicoptère.

Rentré à Londres sans problème

Les recherches ne donnent aucun résultat : pas de signal de téléphone portable, pas de voiture abandonnée, etc. Dans le doute, ils postent un message sur le profil Facebook de cet Anglais. Et là, surprise : le disparu leur répond mardi, toujours via Facebook.

“Ils nous a répondu le mardi pour nous dire qu’effectivement il était en détresse samedi, qu’il avait été pris en charge par un pisteur qui l’avait ramené à bon port et qu’il allait bien. Il avait tout simplement oublié d’informer les secours qu’il avait été secouru“, a indiqué le Lieutenant Sarah Chelpi, commandant de communauté de brigade de Megève - Saint Gervais.

Cet Anglais était même surpris par les moyens mis en place. “Il ne s’y attendait pas du tout par ce qu’il ne savait pas qu’on le cherchait. En appelant les secours, il n’a pas percuté que cela mettait un engagement important de moyen“, a ajouté Sarah Chelpi.