Le second forcené de Pantin est mort

  • A
  • A
Le second forcené de Pantin est mort
@ MAX PPP
Partagez sur :

 Deux frères jumeaux ont tiré sur la police. L'un s'est rendu, l'autre a été retrouvé mort.

Deux frères jumeaux s'étaient retranchés dans un pavillon de Pantin mercredi matin, en Seine-Saint-Denis. Ils n’ont pas hésité à tirer sur les hommes de l’anti-gang, dépêchés sur les lieux. L’un des forcenés s’est rendu à la police, l’autre se serait suicidé.

Les deux hommes, âgés d'une soixantaine d'années, se sont présentés très tôt mercredi matin au domicile d'un troisième qui pourrait être leur frère, selon les informations d'Europe 1. Cet homme est un radiologue qui habite dans le 17e arrondissement de Paris. Les deux jumeaux ont tiré à l'aide des coups de feu sur sa porte et sont ensuite partis, armés d'un Magnum 357, se réfugier à Pantin dans le pavillon de leur mère.

Un important dispositif de sécurité mis en place

A l'’arrivée de la Brigade de Recherche et d'Intervention, ils ont ouvert le feu sur les policiers. Selon une source syndicale, non confirmée officiellement, ils auraient utilisé un M16. Un important dispositif de sécurité a alors été mis en place, et peu avant 11 heures, la mère des deux hommes a quitté le pavillon.

Une demi-heure plus tard, l'un des deux hommes est sorti et a ouvert le feu à deux reprises avec une "arme longue". Blessé a la main, il s'est rendu à la police dix minutes  plus tard. Son frère a été "retrouvé mort une arme à la main" et "le suicide ne semble pas faire de doute mais seule une autopsie pourra le dire avec plus de précision", a indiqué une source policière.

Les deux frères étaient jusqu’alors inconnus des services de police. L'un d'entre eux aurait des antécédents psychiatriques. Le maire (PS) de Pantin, Bertrand Kern, a affirmé que l'un des jumeaux était enseignant en informatique à Jussieu, et que les deux frères étaient des adeptes du tir en amateur.