Le ravisseur et violeur présumé de Chloé devant les assises du Gard

  • A
  • A
Le ravisseur et violeur présumé de Chloé devant les assises du Gard
Photo d'illustration@ AFP
Partagez sur :

A partir de lundi, le multirécidiviste Kamel Bousselat comparaîtra pour l'enlèvement, la séquestration et le viol de cette adolescente en novembre 2012.

Elle avait été retrouvée dans le coffre d’une voiture, à plus de 700 km de chez elle, à Oppenau, un village allemand proche de la frontière française. Enlevée une semaine plus tôt, à Barjac dans le nord du Gard, Chloé Rodriguez était alors âgée de 15 ans. Trois ans et demi plus tard, son kidnappeur et violeur présumé, Kamel Bousselat, est jugé pour enlèvement, séquestration et viol, dès lundi, devant les assises du Gard.

Cloîtrée sept jours dans un coffre. Le 9 novembre 2012, Chloé est enlevée juste devant chez elle, à Barjac, une commune gardoise d'environ 1.400 habitants, située aux confins des Cévennes et des Monts ardéchois. Son scooter est retrouvé devant le domicile familial, le moteur froid, avec toutes ses affaires glissées sous le siège, à l'exception de son casque et de son téléphone. Alors qu’elle ouvrait le portail, l’adolescente de 15 ans a été forcée par son ravisseur à monter dans le coffre de sa voiture.

C'est le début de sept jours de captivité et d'un long périple de la France à l’Allemagne, en passant par l'Italie. Pendant ce temps-là, gendarmes, plongeurs, spéléologues et villageois de Barjac sont mobilisés sur d’intenses opérations pour tenter de retrouver l'adolescente. Un avis de recherche est même diffusé dans toute la France avec le visage de la jeune Chloé, une mèche de cheveux clairs sur le côté et de grands yeux bleus.

Un vol à l’origine de sa libération. Alors qu’il se trouve en Allemagne près d'Offenburg, le ravisseur de Chloé est pris en chasse par la police locale pour un vol. Une course-poursuite que la jeune fille, toujours enfermée à l'intérieur du véhicule, a vécu avec effroi, comme elle le racontait à FranceTV Info : "Il y avait des virages, j'étais balancée à gauche, à droite. Je pensais qu'on était tombés dans un fossé, ou perchés sur une montagne. J'ai entendu un gros boum, comme une explosion. Je me suis mise à hurler, hurler...".

Le suspect est stoppé dans sa fuite en percutant un autre véhicule, ce qui va permettre son interpellation. Une fois la voiture arrêtée, Chloé tape de toutes ses forces pour attirer l’attention, jusqu’à s’en faire des bleus. Deux policiers allemands la découvrent alors dans le coffre. Faits citoyens d’honneurs de Barjac en janvier 2013, Helmut Schmätzle et Martin Weinzerle rendront hommage au courage et à la résilience de l'adolescente.

Le ravisseur déjà condamné pour agressions sexuelles. L’homme au volant du véhicule, Kamel Bousselat, est loin d’être inconnu des services de police ; il a déjà été condamné à 13 reprises pour vols et violences. Ce Gardois désormais âgé de 36 ans avait notamment été condamné, en mai 2009, à trois ans de prison ferme pour des agressions sexuelles à répétition en 2007. Il était depuis inscrit au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d'infractions sexuelles.

Depuis sa sortie de prison le 14 septembre 2012, son suivi judiciaire avait connu de multiples ratés, que le gouvernement a reconnus : fax non reçu, dossier non transmis ou encore adresse non vérifiée. Kamel Bousselat ne s'était pas rendu à une convocation du Service pénitentiaire d'insertion et de probation (SPIP) d'Avignon. Autant d’éléments qui laissent à penser que les questions de la récidive et du suivi des délinquants sexuels devraient être au cœur de ce procès.

La force et le courage de Chloé. Du haut de ses 19 ans, Chloé fait aujourd’hui figure de miraculée : "J'ai eu peur de mourir, de ne jamais rentrer chez moi", a-t-elle témoigné à plusieurs reprises. Le 25 mai 2015, à l’occasion de la journée internationale des enfants disparus, la jeune fille confiait auprès de FranceTV Info : "Pendant six mois, quand je fermais les yeux, je me repassais la semaine d'enlèvement en boucle dans ma tête". Malgré ce traumatisme, la jeune fille "ne va pas si mal" aujourd'hui d’après son avocate, Me Béatrice Lobier-Tupin, contactée par Europe 1. Chloé est même "très forte, hallucinamment forte, c’est impressionnant", affirme le conseil.

"La pression monte". Pour son procès, la jeune fille sera donc bien présente, assure son avocate. Même si, au cœur de la cour d’assises, elle sera assise face à l'accusé. "C’est super dur. La pression monte, c’est compliqué pour elle", livre Me Lobier-Tupin. Il faut dire que Chloé n’a pas revu son kidnappeur et violeur présumé depuis la reconstitution des faits réalisée au domicile familial dans le cadre de l’enquête. Mais son avocate souligne : "Elle est extrêmement bien entourée par sa famille".

La cour d'assises du Gard doit rendre son verdict mercredi.