Le policier volait-il en garde à vue ?

  • A
  • A
Le policier volait-il en garde à vue ?
Le parquet de Créteil requiert le renvoi au tribunal d'un policier pour corruption.@ POLICE NATIONALE
Partagez sur :

Un gardien de la paix de Vitry-sur-Seine est visé par une enquête pour corruption.

Des gardes à vue très juteuses. Un policier de Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne est visé par une enquête pour corruption susceptible de le conduire devant un tribunal correctionnel, a-t-on appris vendredi. Le gardien de la paix, âgé de 34 ans est soupçonné d'avoir volé des gardés à vue pour plusieurs dizaines de milliers d'euros et d'avoir monnayé un faux document.

 

Sa compagne confesse tout

C'est un Haïtien, arrêté en préfecture avec un faux document, qui a déclenché toute l'enquête. Le clandestin explique alors qu'un policier de Vitry-sur-Seine lui a réclamé 6.000 euros pour l'aider à faire avancer son dossier de régularisation, et qu'il lui a déjà versé un tiers de la somme. Le faux document, frappé d'un tampon de la police nationale, est rapidement repéré à la préfecture

Une enquête est ouverte en avril 2009 par l'Inspection générale des services (IGS), "la police des polices". Placé en garde à vue en février 2010, le policier évoque alors "d'importantes difficultés financières" mais conteste les faits.

Mais dans le bureau d'à côté, sa compagne fait des révélations fracassantes qui font basculer l'enquête. La jeune femme raconte en effet que, par deux fois, elle est venue aux abords du commissariat pour récupérer des objets dérobés par son ami à des suspects pendant leur garde à vue.

 

35.000 dollars et une "Rolex"

Au titre des objets dérobés, l'épouse du policier cite par exemple une fausse montre Rolex que les enquêteurs de l'IGS retrouveront cachée dans le chauffe-eau de la salle de bain du fonctionnaire. Ce dernier assure l'avoir achetée au marché aux puces, mais la victime présumée, qui a passé une nuit en garde à vue à Vitry en janvier 2010, reconnaît son bien et porte plainte.

La compagne du policier évoque également les 35.000 dollars volés à une Chinoise sans papiers, grâce auxquels dix jours plus tard le policier a acheté en liquide deux voitures. Interrogé, celui-ci explique avoir reçu une aide de sa famille avant d'assurer avoir dégagé ces fonds "grâce à des économies sur ses salaires".

Il affirme également que sa compagne, qui depuis est revenue sur ses déclarations, souffre de troubles psychiatriques - ce qu'elle reconnaîtra - et qu'elle l'a accusé de malversations pour se venger d'une infidélité.

Suspendu de ses fonctions

Le fonctionnaire a été suspendu de ses fonctions pour des faits de "corruption", "faux en écriture publique" et "vols commis par personne dépositaire de l'autorité publique", a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Fin août, le parquet de Créteil avait requis le renvoi en correctionnelle du fonctionnaire.

Chargé de clore la procédure, le juge d'instruction peut désormais suivre ces réquisitions ou prononcer un non-lieu en faveur de l'agent de police de 34 ans qui a contesté les accusations portées contre lui. "C'est un dossier solide", assure une source judiciaire.