Le pilote "miraculé" : "pendant trois jours, j'ai vécu couché sur le sol"

  • A
  • A
Le pilote "miraculé" : "pendant trois jours, j'ai vécu couché sur le sol"
Le pilote a été retrouvé dans un état grave, son thorax a été enfoncé lors de l'accident.@ REUTERS/Jim Urquhart
Partagez sur :

MIRACULÉ - Bernard Mengin est resté introuvable pendant trois jours, après l’accident de son mono planeur lundi. 

Heureux dénouement. Un miraculé : c’est ainsi qu’est qualifié Bernard Mengin, retrouvé jeudi après avoir disparu pendant trois jours. Lundi, ce pilote s’était envolé à bord d'un motoplaneur pour un vol de tourisme depuis un petit aéroport de l’Aude, avant de disparaître de la circulation

Recherches aériennes. D’importants moyens avaient été déployés pour le retrouver. Sept avions et hélicoptères français et espagnols avaient été mis sur les traces de Bernard Mengin. Mais ce n’est qu’après trois jours de recherche que le sexagénaire, retrouvé au bord d'un chemin, a été secouru. C'est finalement un promeneur qui l'a retrouvé dans les Pyrénées espagnoles, à quelques kilomètres d'Andorre. 

Témoignage. Contrairement à ce que plusieurs sources avançaient, le pilote n'a pas passé trois jours suspendu à un arbre. Interrogé par Europe1, l'homme a livré son témoignage :

"L'accident est arrivé parce que j'ai fait une erreur, à un moment du vol, j'ai fait un très mauvais choix. Je me suis posé, mais l'appareil s'est détruit. J'ai passé trois jours sans pouvoir me déplacer beaucoup. Je ne pouvais pas marcher. Je me suis rapproché d'un chemin sur lequel était susceptible de passer quelqu'un. Pendant trois jours, j'ai vécu couché sur le sol", explique le sexagénaire, qui était équipé d'un sac de couchage et d'une gourde d'eau. 

"Il va bien, c'est l'essentiel". Hélitreuillé dans un état grave par le Samu Catalan, ses jours ne sont pas en danger. Très affaibli, le retraité n'a quasiment pas la force de parler. Sa femme, arrivée en catastrophe à l’hôpital de Lérida, dans le nord-ouest de l'Espagne, a confié son soulagement : "il va bien, c'est l'essentiel".

"La moitié des Pyrénées" à fouiller. Bernard Mengin a eu beaucoup de chance. David Segheto, commandant des opérations côté français, raconte à Europe1 le déroulement des recherches, et son dénouement inespéré. "C’était une aiguille dans une botte de foin, témoigne le commandant. Le secteur de recherche était vraiment très vaste : on avait la moitié des Pyrénées à rechercher. Nos chances étaient faibles". "Les Espagnols ont retrouvé le pilote, blessé au thorax", poursuit le commandant. Avant de conclure : "C’est notre récompense, on a fait l’effort de ne pas abandonner, de ne pas baisser les bras trop vite". 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

SOULAGEMENT - Le pilote disparu depuis lundi retrouvé dans un arbre

AUDE - Un planeur et son pilote disparaissent