Le jeune homme poignardé à Marseille est mort

  • A
  • A
Le jeune homme poignardé à Marseille est mort
(Photo d'illustration)@ MAXPPP
Partagez sur :

Il avait été attaqué dimanche matin par un groupe de trois hommes. Deux d'entre eux ont été arrêtés.

L'INFO. Le garçon de 18 ans, poignardé dimanche à l'aube dans le centre-ville de Marseille par trois jeunes hommes, est mort lundi. D'origine comorienne, il était connu des services de police pour plusieurs délits et vols et était sorti de prison récemment. L'un des trois agresseurs présumés, qui avaient dimanche également attaqué un infirmier des urgences, a été interpellé lundi à son domicile. Un autre a été arrêté à 17 heures à Marseille et placé en garde à vue.

Les secours tardent... Les faits se sont produits tôt dimanche matin. Lors d'une rixe à 5h30 du matin cours Jean-Ballard à proximité immédiate du Vieux-Port, le garçon de 18 ans avait d'abord été touché au thorax, avant d'être hospitalisé, puis opéré, selon une information de La Provence. Le jeune homme avait été placé en réanimation, à l'hôpital Nord, dimanche.

... Ils poignardent. Ses agresseurs se sont ensuite rendus dans un autre hôpital, celui de la Conception, pour faire soigner leurs blessures consécutives à cette rixe. Estimant que les secours tardaient à s'occuper d'eux, ils ont poignardé un infirmier à l'avant-bras.

"L'infirmier s'est rendu au chevet de ces trois personnes pour diagnostiquer l'état de leurs blessures. C'est à ce moment là qu'ils se sont retrouvés agressifs et ont agressé l'infirmier qui s'est retrouvé en position de défense et a été victime d'une estafilade de quelques centimètres et a été soigné par nos services", relate Bastien Ripert, directeur de cabinet à l'Assistance publique des Hôpitaux de Marseille, au micro d'Europe 1.

"Le personnel est traumatisé". Ce dernier reconnaît d'ailleurs que les "les moyens de sécurité légaux que l'hôpital peut offrir sont limités". Il sollicite ainsi "l'aide des pouvoirs publics et celle des forces de police" pour "garantir de cette sécurité qui n'est plus forcément assurée". Bastien Ripert tient toutefois à souligner le caractère exceptionnel de la situation. "Le personnel est traumatisé. C'est un traumatisme de plus d'une violence qui est exceptionnelle et inacceptable", commente-t-il au micro d'Europe 1.

L'un des agresseurs connus des services de police. De leur côté, les agresseurs ont pris la fuite après l'agression. L'un d'entre eux a été interpellé lundi, a-t-on appris auprès du parquet. Il s'agit du conducteur du véhicule, une Toyota Yaris dont la police municipale avait fourni le numéro d'immatriculation. Né à Marseille et âgé de 27 ans, il est "connu des services de police pour des affaires de vol, d'escroquerie et de recel", selon la même source. Un autre a été arrêté à 17 heures à Marseille et placé en garde à vue. Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a salué la "réactivité de la police",. A ce stade de l'enquête, rien n'indique que les agresseurs connaissaient leur victime.

Gaudin réclame des effectifs supplémentaires. Cette agression intervient une semaine après le décès d'un étudiant poignardé le 9 août dans la soirée par un marginal souffrant de troubles psychiatriques, également dans le centre de Marseille. "Trop c'est trop" a donc réagi le maire de Marseille, Jean Claude Gaudin, qui réclame des effectifs de police supplémentaires.