EXCLU - Le gangster du 21e siècle est un businessman

  • A
  • A
EXCLU - Le gangster du 21e siècle est un businessman
@ Reuters
Partagez sur :

EXCLU E1 - Les gangsters ont tendance à s'organiser entre eux afin de mieux faire fructifier leur argent.

Fini la flambe et la gestion à courte vue de son pactole. Selon un rapport du Sirasco (service d'information, de renseignement et d'analyse stratégique sur la criminalité organisée), le service d'analyse de la police judiciaire, les bandits du 21e siècle s'associent désormais entre eux pour que leur argent fasse des petits.

>> LIRE AUSSI - Pas de mafias en France, mais des "organisations structurées"

Du cannabis à  de l'or en barre. Les acteurs du grand banditisme collaborent entre eux et s'associent à des spécialistes du blanchiment d'argent, chose qui n'existait pas il y a encore quelques années. Par exemple, de gros trafiquants de drogues qui brassent des millions d'euros font appel à des escrocs qui mettent en place des montages financiers de plus en plus complexes. Avec de l'argent qui réapparaît sur des comptes à l'étranger, tout le monde est gagnant. 

L'opération Retrovirus, qui avait démantelé en mars dernier un réseau de blanchiment de la drogue, illustre bien ce nouveau genre de pratiques. L'argent d'un trafic de cannabis avait été transformé en or, au rythme d'un million d'euros par semaine. Le circuit de blanchiment partait de France et du Maroc pour finir en Inde et à Dubaï. 

Entreprises escroquées. Le rapport Sirasco indique aussi que les escroquerie aux faux ordres de virement, qui visent des entreprises, sont de plus en plus courantes. En trois ans, 360 sociétés ont été victimes de 700 opérations de ce genre, pour un préjudice total de 300 millions d'euros. Et cette pratique dépasse les frontières de la France avec des escrocs francophones installés à l'étranger, en Israël notamment. 

>> LIRE AUSSI - Ils transformaient l'argent français du cannabis en or