Le corps retrouvé à Oléron est bien celui d'Alexia, l'adolescente disparue

  • A
  • A
Le corps retrouvé à Oléron est bien celui d'Alexia, l'adolescente disparue
@ XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :

Vendredi, le parquet avait déjà annoncé que la physionomie et les vêtements d'un corps retrouvé jeudi dans le sud de l'île d'Oléron "correspondent à ceux d'Alexia". Les test ADN le confirment samedi. 

Les analyses ADN ont confirmé que le corps retrouvé jeudi sur l'île d'Oléron (Charente-Maritime) est bien celui d'Alexia, une lycéenne de 15 ans disparue le 1er février, a indiqué samedi le parquet de La Rochelle. 

Ouverture lundi d'une information judiciaire pour "homicide volontaire". "Les analyses ADN confirment que c'est le corps d'Alexia", a indiqué la procureur de la République, Isabelle Pagenelle, ajoutant qu'une information judiciaire pour "homicide volontaire, c'est-à-dire meurtre" serait ouverte lundi. La physionomie et les vêtements d'un corps retrouvé jeudi dans le sud de l'île d'Oléron "correspondent à ceux d'Alexia", une lycéenne de 15 ans disparue depuis le 1er février dans le même secteur, avait déjà annoncé vendredi le parquet de La Rochelle.

Pas de violences sexuelles apparentes. Autres éléments, d'après les conclusions provisoires de l'autopsie réalisée vendredi matin à Poitiers : "le corps ne semble pas avoir subi de violences sexuelles". Le parquet souligne que le corps a été caché avec "beaucoup de soin" sous des végétaux, dans une forêt près de la plage, "rendant ainsi sa découverte difficile". Ce sont à présent les spécialistes de l'Institut de recherche criminelle qui viennent d'identifier formellement la victime et qui doivent également estimer la date de sa mort. 

Émotion palpable à Saint-Trojan. "Saint-Trojan, c'est un petit village, tout le monde se connait. C'était une copine de mon fils, ils ont été au collège ensemble", témoigne une mère de famille au micro d'Europe 1. "Aujourd'hui on a peur, on a peur pour nos enfants", ajoute-t-elle. Les recherches, dans les jours suivants, avaient mobilisé une quarantaine de gendarmes, une centaine d'élèves-gendarmes, quelque 200 habitants de l'île, un hélicoptère et des maîtres-chiens. Le corps avait été découvert par des gendarmes mobiles lors de l'un des nombreux ratissages de terrain que le sud de l'île a connus depuis le 1er février, date de disparition de l'adolescente.