Le corps de Marion Bouchard retrouvé

  • A
  • A
Le corps de Marion Bouchard retrouvé
@ REUTERS
Partagez sur :

La jeune femme avait disparu à Dijon depuis le 26 janvier. Son compagnon a avoué l'avoir étranglée.

Elle avait disparu depuis plus d'un mois à Dijon, son corps a finalement été découvert jeudi. Marion Bouchard, 21 ans, a été retrouvée sur les indications de son compagnon. Le jeune homme âgé de 24 ans, placé en garde à vue, a avoué l'avoir étranglée au cours d'une dispute et avoir vécu "plusieurs jours" aà côté du cadavre, a annoncé le procureur de la République. Celui-ci a également précisé que le corps avait été retrouvé "en morceaux".

Le corps transporté dans un chariot

Une information judiciaire pour "détention arbitraire, enlèvement et séquestration" avait été ouverte par le parquet de Dijon après la disparition de la jeune femme, son compagnon ayant, à son tour, disparu quelques jours plus tard." Le compagnon de Marion Bouchard était en garde à vue depuis mercredi 15H00 à Dijon", après avoir été interpellé en région parisienne lors d'un contrôle de routine.

"Le corps de la jeune femme a été retrouvé aujourd'hui à Dijon, sur les indications du jeune homme", a-t-on précisé. Les faits se seraient déroulés dans la nuit du 15 au 16 janvier dernier, "au cours d'une querelle" dans l'appartement du couple à Dijon, selon le procureur. Le meurtrier avait "entreposé le corps dans l'appartement et vécu plusieurs jours à proximité". Durant sa garde à vue, il a raconté aux enquêteurs "avoir transporté le corps dans un chariot, de nuit".

Des actes de maltraitance dans le passé

Peu après la disparition de Marion, un appel à témoin avait été lancé à propos de cette jeune serveuse qui résidait à Dijon depuis quelques mois. Plusieurs personnes de son entourage ont déjà été entendues par les enquêteurs. Ce sont ses parents, inquiets de ne pas avoir de nouvelles depuis 15 jours, qui avaient donné l'alerte.

De sources concordantes, on évoquait des actes de maltraitance de la part du compagnon de la jeune femme sur cette dernière. "Il n'y a rien d'avéré là-dessus. Il n'y pas de plainte enregistrée", avait toutefois souligné Eric Lallement.