Le corps d'un pompier retrouvé 10 ans après

  • A
  • A
Le corps d'un pompier retrouvé 10 ans après
@ Max PPP
Partagez sur :

Selon les analyses ADN, il s'agit bien des restes du corps du pompier disparu lors de l'accident de Loriol.

Il avait disparu le 29 novembre 2002. Le corps du jeune pompier Laurent Broquet a été identifié dix ans après sa disparition. Le cadavre découvert jeudi dernier dans le Rhône est en effet bien celui de l'un des cinq pompiers volontaires de Loriol, fauchés en 2002 par un octogénaire roulant à grande vitesse.

Cinq pompiers tués dans l'accident. Le 29 novembre 2002, alors que les secours interviennent sur l'A7 après un accident matériel, un octogénaire fauche cinq pompiers volontaires de Loriol. Le chauffard roule à plus de 150 km/h alors que la portion d'autoroute est limitée à 90 km/h. Trois d'entre eux sont tués sur le coup et deux autres projetés dans le fleuve. Un sixième pompier est grièvement blessé. Percuté par le chauffard, Laurent Broquet, 26 ans, est l'un des deux pompiers tombés dans le fleuve. Son corps n'avait jamais été retrouvé.

Le corps préservé grâce aux vêtements du pompier. Mais les crues de la Drôme et du Rhône de ces derniers jours ont permis de faire remonter son corps, enseveli sous l'eau durant ces dix années.  Jeudi après-midi, près du barrage situé au nord de Montélimar, à hauteur de Loriol, les pompiers ont donc découvert des "restes humains" vêtus d'un uniforme de pompier, flottant dans le Rhône. Grâce au cuir de sa veste de pompier, une partie du corps a pu être préservée, précise France Bleu.

Le conducteur en liberté conditionnelle. Le parquet a fait envoyer la dépouille au laboratoire de police scientifique de Marseille pour identification, s'étonnant seulement "qu'on retrouve du tissu sur un corps qui a séjourné aussi longtemps dans l'eau". Mardi après-midi, un responsable de la gendarmerie a confirmé à la presse qu'il s'agit bien du sapeur-pompier disparu depuis plus de dix ans.

De son coté, le conducteur à l'origine de l'accident, un ancien élu municipal lyonnais, avait été condamné en appel à cinq ans de prison dont deux ferme, en octobre 2005. Il a bénéficié d'une libération conditionnelle fin 2006.