Le chauffeur de bus-dealer condamné

  • A
  • A
Le chauffeur de bus-dealer condamné
Le chauffeur consommait entre 3 à 5 grammes d'héroïne par jour@ MAXPPP
Partagez sur :

Ce chauffeur revendait de l'héroïne dans son bus à Rennes. Il a écopé d'un an de prison ferme.

Chauffeur de "bus modèle", il dealait de l'héroïne pendant son service …et dans son véhicule. L'homme, âgé de 46 ans, a comparu mercredi devant le tribunal correctionnel de Rennes, en Ille-et-Vilaine, pour "détention, transport, acquisition, usage et offre ou cession de produits stupéfiants". Il a été condamné à deux ans de prison dont un an ferme.

La peine de cet homme inséré socialement, marié et père de deux enfants est également assortie d'une mise à l'épreuve de deux ans et d'une obligation de soins. Son employeur, chez lequel il travaille depuis 21 ans et qui s'était porté partie civile, a obtenu l'euro symbolique qu'il réclamait.

Un seul accrochage en 20 ans

Le 22 octobre dernier, ce chauffeur de la Star, la société de transports publics locale, avait été arrêté en possession de 120 grammes d'héroïne et de 700 euros en liquide. Un premier impair de taille en vingt ans d'expérience pour ce chauffeur qui n'avait connu qu'un petit accrochage sans gravité, deux ans auparavant.

Incroyable, quand on sait que l'homme, toxicomane lourd, consommait lui-même entre trois et cinq grammes d'héroïne par jour. Quant au trafic, la combine semblait bien rodée et  le chauffeur-dealer ne perdait pas une minute sur son trajet. Ses clients toxicomanes, alertés par SMS, grimpaient dans le véhicule et payaient le conducteur comme pour un simple achat de ticket. Seulement, c'est bien un sachet d'héroïne que ces voyageurs particuliers recevaient discrètement en retour.

Déjà condamné dans le passé

Ce trafic fonctionnait depuis plus d'un an a été mis au jour grâce à un coup de téléphone anonyme à la police, le 12 octobre dernier. Une surprise pour son employeur, le groupe de transports Keolis, exploitant de la Star, forcé de condamner "avec  la plus grande vigueur les agissements" de ce salarié exemplaire dont le "comportement n'a fait l'objet d'aucune observation particulière de la part des clients", relate le Télégramme.

Le contrat de travail du conducteur a été suspendu à la suite de sa mise en examen. L'homme avait déjà écopé de huit mois de prison avec sursis en 2008 pour du trafic, hors-cadre professionnel cette fois-là.