Le bilan (encore provisoire) des attentats à Paris

  • A
  • A
Le bilan (encore provisoire) des attentats à Paris
@ .PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Le bilan provisoire des attaques revendiquées par l’État islamique est de 129 morts, dont 103 ont été identifiés. L'identité de 20 à 30 victimes est encore inconnue.

“Bilan malheureusement provisoire et évolutif”. C’est par ces mots que le procureur de Paris, François Molins, a débuté son allocution de 19h le 14 novembre. Dans la soirée du 13 novembre, plusieurs attaques simultanées ont eu lieu dans la capitale et à ses abords. Des attaques revendiquées par l’État islamique qui ont coûté la vie à près de 130 personnes. 20 à 30 corps restaient encore à être identifiés dimanche.

  • 129 morts, 352 blessés

Selon le dernier bilan dressé par le procureur de Paris, les attaques terroristes ont causé 129 morts et 352 blessés. Parmi ces blessés, 99 sont dans une situation “d’urgence absolue”.

  • 103 victimes identifiées

103 des personnes tuées dans les attentats vendredi soir à Paris ont été identifiées, mais "20 à 30" corps restent à identifier, a indiqué dimanche Manuel Valls, à l'issue d'une visite au centre d'accueil pour les familles de victimes, à l'Ecole militaire. "Il y a eu 103 corps identifiés, il y a 20 à 30 personnes qui n'ont pas été encore identifiées. Elles le seront dans les heures qui viennent. C'est ce temps-là qui est insupportable" pour les familles, a déclaré le Premier ministre, entouré des ministres de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et de la Défense, Yves le Drian. 

  • Le Bataclan, un carnage

C’est au Bataclan que les morts sont les plus nombreux, après une prise d’otage qui a duré plusieurs heures dans la nuit du 13 au 14 novembre. Au total, 89 personnes ont été tuées avec "de très nombreux blessés" lors de la plus sanglante attaque, celle du Bataclan.

>> le récit de notre journaliste, présent au Bataclan

  • 7 terroristes morts

Trois assaillants sont morts au Bataclan, dont trois en actionnant une ceinture d'explosifs, le dernier étant tué lors de l'assaut des forces de l'ordre. Trois kamikazes sont morts au Stade de France, et un autre boulevard Voltaire.

  • Des morts de toutes les nationalités

Parmi les tués figurent :

- au moins trois ressortissants belges, selon le ministère belge des Affaires étrangères.

- un Espagnol de 29 ans, Alberto González Garrido, selon les autorités espagnoles. Le jeune Madrilène assistait, selon sa soeur, au concert du Bataclan.

- un Portugais de 63 ans qui résidait à Paris et travaillait dans le transport de passagers, selon les autorités portugaises. Il serait mort alors qu'il se trouvait aux abords du Stade de France au nord de Paris.

- deux ressortissants roumains, selon le ministère des Affaires étrangères à Bucarest.

- un ressortissant britannique, a indiqué le Foreign Office évoquant également des blessés dont le nombre n'est pas précisé.

- deux jeunes Tunisiennes, des soeurs qui vivaient l'une à Paris et l'autre au Sénégal, et dont les parents sont installés au Creusot (centre-est) et fêtaient à Paris un anniversaire, selon des sources concordantes.

- une Chilienne figure parmi les victimes. "C'est la nièce de notre ambassadeur Ricardo Nunez", a déclaré la sénatrice du Parti socialiste chilien Isabel Allende.

- deux Algériens, une femme 40 ans un homme de 29 ans, ont été tués dans les attentats selon l'agence APS, citant des sources diplomatiques algériennes.

- une étudiante américaine de 20 ans, de l'université d'État de Long Beach, en Californie. Nohemi Gonzalez se trouvait à Paris dans le cadre d'un semestre d'échange universitaire,selon son université.

Plusieurs Américains se trouvent parmi les blessés, dont le nombre exact n'a pas été précisé. "Nous leur offrons toute l'assistance consulaire possible", a dit un porte-parole de la diplomatie américaine.

Par ailleurs deux Brésiliennes ont été blessées, selon la présidente brésilienne Dilma Rousseff, dont l'une est toujours hospitalisée.

Un Suédois pourrait avoir été tué et un autre blessé selon un porte-parole de la diplomatie suédoise.

>> La nuit du 13 novembre sur twitter :