L'armée remet la main sur un porte-engin dérobé mi-janvier

  • A
  • A
L'armée remet la main sur un porte-engin dérobé mi-janvier
Ce type de convoi militaire avait été dérobé mi-janvier à Istres.@ @ Capture d’écran vidéo DICOD
Partagez sur :

Un camion et son imposant tractopelle appartenant à l'armée avaient été dérobés sur la base militaire d'Istres mi-janvier.

Un porte-engin et un tractopelle de l'armée qui avaient disparu mi-janvier près de la base militaire d'Istres, dans les Bouches-du-Rhône, ont été retrouvés la semaine dernière par la gendarmerie de l'air, a indiqué jeudi le ministère de la Défense. "Les forces de sécurité intérieure, en l'occurrence la gendarmerie de l'air, ont mené une enquête rapide qui a permis de retrouver tout le matériel qui avait été volé, en l'occurrence dans la région de Fos-sur-Mer" à quelques kilomètres d'Istres, a déclaré le chef du Service d'information et de relations publiques (Sirpa) de l'armée de Terre, le colonel Yann Gravêthe, lors du point de presse hebdomadaire de la Défense.

Éventuels dysfonctionnements internes ? Le porte-char et le tractopelle, qui appartiennent au 25ème régiment du génie de l'air (RGA), avaient disparu entre le 13 et le 17 janvier. Une enquête judiciaire est en cours pour identifier "la filière qui a permis de voler ce matériel", a ajouté le colonel Gravêthe, sans plus de précisions. Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a ordonné de son côté une enquête de commandement auprès de l'Inspection générale des armées afin d'identifier d'éventuels dysfonctionnements internes. Le 25ème RGA relève de l'armée de Terre mais est employé par l'armée de l'Air, notamment pour la rénovation et l'aménagement de pistes sur les théâtres d'opérations extérieures.