La nonagénaire est morte d’épuisement

  • A
  • A
La nonagénaire est morte d’épuisement
@ MAX PPP
Partagez sur :

Carmen Giangrasso avait été retrouvée coincée dans sa maison de retraite à Grenoble.

Carmen Giangrasso est "morte d'épuisement", a révélé lundi son autopsie. Cette retraitée de 91 ans atteinte de la maladie d'Alzheimer avait été découverte le 21 août dans sa maison de retraite de Grenoble la tête coincée entre le volet roulant électrique et le rebord d'une fenêtre. "Elle a dû lutter pour se dégager mais n'a pas reçu de coup. Elle est restée coincée sous le volet", a indiqué une source judiciaire.

Une plainte de la famille

Le parquet de Grenoble a indiqué lundi qu’il allait ouvrir une information judiciaire pour "homicide involontaire". Confiée à la police, l'enquête devra notamment faire la lumière sur les éventuels défauts de surveillance dont aurait fait l'objet Carmen Giangrasso, qui est restée seule dans sa chambre entre la distribution du goûter vers 16H20 et le dîner à 18H00, heure à laquelle son corps a été découvert.

De son côté, la famille de la victime envisage de déposer plainte après avoir dénoncé le manque de soins et de personnel au sein de l’établissement grenoblois. "Il y a un manque de personnel qualifié avec beaucoup d'intérimaires et certains résidents ne sont lavés qu'une fois par semaine alors que d'autres sont changés sans être nettoyés", a affirmé un fils de la victime, André Giangrasso.

L’enfer pendant la canicule

L'établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes "Chante Soleil" avait déjà été critiqué au début de l’été par une de ses pensionnaires. Dans une lettre publiée sur le web, Mireille Caunésil, 98 ans, avait décrit l'enfer vécue dans sa maison de retraite avec les fortes chaleurs.

Une inspection de l'Agence régionale de Santé, demandée par la secrétaire d'Etat chargée des Aînés, Nora Berra, pour vérifier d'éventuels "dysfonctionnements dans la prise en charge des personnes âgées", a débuté mais les résultats ne devraient pas être connus avant plusieurs semaines. La résidence, gérée par la Mutualité française de l'Isère, qui a ouvert en novembre 2009.