La mort du contrôleur aérien reste inexpliquée

  • A
  • A
La mort du contrôleur aérien reste inexpliquée
@ MAXPPP
Partagez sur :

Il a été tué à coups de couteau, mercredi matin, dans les locaux de l'aéroport Bâle-Mulhouse.

Un employé de la Direction générale de l'Aviation civile, la DGAC, a été retrouvé mort mercredi matin, dans la partie administrative de la tour de contrôle de l'aéroport franco-suisse de Bâle-Mulhouse. Selon les informations d'Europe 1, cet homme de 34 ans a été tué à l'arme blanche, de plusieurs coups de couteau.

Une zone sécurisée

La victime, qui allait prendre son service, a été retrouvée peu après 8 heures au 10ème étage de la tour de contrôle dans un renfoncement à la sortie de l'ascenseur, gisant dans son sang, par un autre employé. Selon un porte-parole de la DGAC, cet homme, marié et père d'un enfant, était "chef de tour" et "qualifié premier contrôleur". En d'autres termes, "il dirigeait la tour de contrôle de l'aéroport". La victime avait été affectée à l'aéroport de Bâle-Mulhouse à sa sortie d'école en 1998, selon la DGAC.

Le bâtiment, qui permet d'accéder à la tour de contrôle de l'aéroport, est situé dans une zone sécurisée, qui n'est accessible qu'aux détenteurs de badge ou d'accréditation, a précisé une source policière. Les enquêteurs vont donc devoir déterminer comment un agresseur a pu s'y introduire sans être repéré. "La police est en train de vérifier tous les détenteurs de badges qui donnent accès à ce bâtiment", a précisé Hervé Robin, le procureur de la République de Mulhouse.

Les enquêteurs vont également analyser les bandes vidéos de l'aéroport. Ils espèrent comprendre comment l'agresseur a pu entrer puis ressortir de la tour sans être vu. La tour de contrôle est actuellement en travaux et les accès sont peu nombreux : un escalier et un ascenseur seulement.

Aucune piste pour l'instant

Aucun suspect n'a été interpellé pour l'instant. La police exclut tant l'hypothèse d'une tentative d'intrusion à visée éventuellement terroriste que celle d'un voleur qui aurait été surpris par sa victime. "Il s'agit d'une agression délibérée avec manifestement la volonté de tuer", a indiqué le procureur. L'arme du crime n'a pas été retrouvée.

Le parquet de Mulhouse a ouvert une enquête pour "homicide volontaire". La police technique et scientifique a procédé mercredi matin à des relevés d'indice, et des constations sur le corps ont été effectuées par un médecin légiste. Le procureur de la République de Mulhouse s'est rendu sur place.