Déjà en sursis, la maternité d'Orthez fermée après un "accident grave"

  • A
  • A
Déjà en sursis, la maternité d'Orthez fermée après un "accident grave"
@ Capture d'écran France 3
Partagez sur :

Le pronostic vital d'une patiente est engagé suite à accident probablement lié aux conditions d'anesthésie.

Les autorités sanitaires ont annoncé lundi la fermeture temporaire de la maternité d'Orthez, dans les Pyrénées-Atlantiques, après un "accident grave" sur une patiente dont le "pronostic vital est engagé", un accident vraisemblablement lié aux conditions d'anesthésie. Transférée à l'hôpital de Pau, la patiente était lundi soir dans un "état stable", a précisé une responsable de l'ARS. Le bébé, également hospitalisé à Pau, est sain et sauf. "La maternité est fermée au titre du principe de précaution", a expliqué le directeur de l'ARS Aquitaine, Michel Laforcade.

Les conditions d'anesthésies dans le viseur. La décision de suspension de l'activité de la maternité fait suite à un "accident grave" qui s'est produit dans la nuit de vendredi à samedi lors de l'accouchement d'une femme de 28 ans, a indiqué dans un communiqué l'Agence régionale de santé (ARS). "Compte tenu de fortes suspicions concernant la sécurité anesthésique, le directeur du Centre hospitalier a suspendu l'activité obstétricale en prévoyant son transfert vers le Centre hospitalier de Pau", ajoute l'ARS. Les femmes qui devaient accoucher seront orientées vers d'autres maternités des Pyrénées-Atlantiques ou des Landes.

Deux enquêtes, administrative et judiciaire. Les autorités sanitaires ont diligenté une enquête afin "d'analyser les circonstances de l'accident" et "de vérifier les conditions de sécurité de l'activité d'anesthésie qui relève de l'établissement privé". La maternité d'Orthez relève de l'hôpital public, mais le bloc chirurgical et le personnel d'anesthésie sont mis à disposition par une clinique privée de la ville. Parallèlement, une enquête judiciaire a été ouverte par le parquet de Pau, qui a indiqué qu'aucune plainte n'avait été pour l'heure déposée.

Une maternité déjà en sursis. Cette affaire intervient alors que la maternité d'Orthez est en sursis faute de gynécologues-obstétriciens suffisants. Environ 800 personnes ont encore manifesté samedi pour réclamer son maintien. Eric Delteil, fondateur du collectif pour la défense de l'hôpital et de la maternité, dénonce un "amalgame fait entre un accident absolument dramatique" et la fermeture de la maternité "qui permet aux femmes d’accoucher à Orthez". "Cet épisode dramatique ne plaide pas pour un maintien dans des conditions de sécurité", a de son côté réagi le directeur de l'ARS, Michel Laforcade.