La marée bretonne fait quatre victimes

  • A
  • A
La marée bretonne fait quatre victimes
@ MAXPPP
Partagez sur :

Trois femmes et un homme ont été piégés par la marée montante dans le Finistère.

Trois femmes, venues pêcher à pied à l'occasion des grandes marées dans la baie de Locquirec, dans le Finistère nord, ont été retrouvées mortes jeudi. Elles auraient été piégées par la rapide montée des eaux, selon les pompiers et les gendarmes.

Les victimes, âgées de 60 à 70 ans, étaient parties équipées de bottes ramasser des coquillages. Une pêche quasi-traditionnelle à l'occasion des grandes marées d'équinoxe, qui découvrent une grande partie du littoral et laissent de nombreux coquillages à l’air libre.

Leurs corps sans vie ont été récupérés par une vedette de la SNSM de Locquirec, après qu'un témoin du drame, sur la côte, a alerté les pompiers. Déposés sur une plage voisine, le SAMU a tenté en vain de les ranimer. Les victimes sont en cours d'identification, a indiqué la gendarmerie.

Vendredi, c'est le corps d'un homme qui a été retrouvé au large de Plougonvelin, près de Brest. La dépouille a été récupérée dans la matinée, après qu'un plaisancier a aperçu la présence d'un corps à la dérive dans l'anse de Bertheaume. La disparition de la victime n'avait pas été signalée.

Et le bilan aurait pu être encore plus terrible sans l'intervention de Monique, qui a sauvé deux personnes en difficulté dans la même zone.

Ecoutez le témoignage exclusif de Monique :

Emportées par la montée des eaux

Les grandes marées sont particulièrement fortes dans l'embouchure du Douron, un endroit où le courant est important, a détaillé le Cross Corsen (Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage). Les pêcheuses, équipées de bottes, ont été surprises vers 16H30 par la montée des eaux, ont précisé les gendarmes.

Un coefficient de marée de 115, un des plus importants de l'année, était prévu jeudi à 18h30 mais les conditions météo étaient clémentes, ont précisé la préfecture maritime de l'Atlantique et le Cross Corsen.

Une zone dangereuse

"L'endroit où elles se sont noyées est très réputé pour être très dangereux lors des forts coefficients de marée. Il y a déjà eu des noyades au même endroit", a rappelé Joël Le Roc'h, médecin SNSM et ancien maire de Locquirec.

Selon lui, les gens ont l'habitude de partir pour ramasser des coques au milieu de la baie. "Les victimes ont passé trop tard l'estuaire du Douron. A marée montante on ne se rend pas compte du danger mais la rivière devient de plus en plus grosse et le courant s'accélère progressivement", a-t-il précisé.

La pêche à pied, qui est une activité accessible à tous --1,8 million de personnes la pratique en France, selon l'Ifremer-- mais très réglementée sur tout le littoral, s'apparente à une sortie en mer. Les Affaires maritimes, qui contrôlent ce type de pêche de loisirs, rappellent qu'il est nécessaire de connaître la météo, les horaires de marée, et de prévenir des proches en leur donnant un horaire estimé de retour.

Un disparu dans La Manche

Par ailleurs, un homme est porté disparu vendredi après être tombé la veille d'une annexe dans le Havre de Régneville, près de la pointe d'Agon Coutainville, sur la côte ouest de la Manche. L'alerte a été donnée jeudi vers 20 heures par un témoin qui avait signalé le retournement d'une annexe avec deux personnes à bord dans le Havre de Régneville, une zone réputée dangereuse pour ses forts courants, notamment lors des grandes marées. L'une des deux personnes a été récupérée par un autre bateau à proximité.