La lettre de Dutroux choque la Belgique

  • A
  • A
La lettre de Dutroux choque la Belgique
@ REUTERS
Partagez sur :

Dans un courrier de 44 pages, adressé au père d'une de ses victimes, le pédophile belge parle de complot.

C'est une provocation de plus de la part de Marc Dutroux. Le pédophile belge, condamné en 2004 à la perpétuité pour l'enlèvement, le viol, la séquestration de six fillettes, et le meurtre de quatre d'entre elles, vient d'adresser une longue lettre au père d'une de ses victimes. Celui qui ne s'était jamais exprimé depuis son procès prétend aujourd'hui livrer "sa vérité". Jean-Denis Lejeune, le père d'une des victimes, qui a reçu la lettre il y a plus d'un mois dénonce, lui, une lettre "écœurante".

Il se dit victime lui aussi. Marc Detroux semble en effet avoir voulu provoquer volontairement le père de l'une de ses victimes. C'est pourquoi, il lui a adressé une lettre jugée très provocatrice pour les familles des victimes. Dans ce courrier manuscrit de 44 pages, Marc Dutroux se décrit en effet comme une victime. Le psychopathe écrit en effet que lui aussi est un père meurtri, puisque avec son ancienne compagne, ils auraient perdu un bébé pendant une grossesse.

Le pédophile ravive la thèse du complot. Marc Dutroux ravive également la thèse du complot politico-judiciaire en affirmant qu'il n'a fait que protéger ces fillettes. Ces fillettes qu'il a en réalité violées et laissées mourir. "Il sait qu’il ne fera pas croire aux gens qu’il n’est pas coupable. Mais faire croire au complot, qu’il y aurait des gens importants derrière, ça lui convient. C’est ça qui va alimenter l’affaire pendant des années", analyse Michel Bouffioux, une journaliste belge spécialiste de l'affaire.

18.02. dutroux.barbu.fevrier.jpg

© Reuters

"Il souhaite qu'on parle encore de lui". Selon Jean-Denis Lejeune, dans ce long texte, il n'y a pourtant pas de faits nouveaux qui pourraient éclairer les zones d'ombre de l'enquête. Le texte donne seulement la nausée à ceux qui l'ont lu. Comme si Marc Dutroux avait peur qu'on l'oubli. Comme s'il cherchait à faire encore une fois les gros titres des médias.

"Il souhaite qu'on parle encore de lui, il fait souffrir un peu plus tout le monde, c'est tout à fait caractéristique de la manipulation d'un psychopathe", commente Isidore Pelc, psychologue de l'Université Libre de Bruxelles, interrogé lundi soir par RTL/TVI. "Il est jaloux que l'on parle trop de son ex-femme", estime une spécialiste de l'affaire contactée par Europe 1. La semaine prochaine, un tribunal se penchera sur la demande de libération anticipée de Marc Dutroux. La semaine prochaine, la Belgique parlera encore de lui.

Ecoutez l'interview du psychologue Isidore Pelc :



Lettre de Marc Dutroux: analyse du psychiatre Isidore Pelc

Une réponse au père d'une victime. C'est le jour de la libération de Michelle Martin, son ancienne compagne, que Marc Dutroux débute la rédaction de sa lettre. Le pédophile dit avoir attendu ce jour afin de ne pas nuire à la libération de la mère ses enfants. Sa lettre constitue, par ailleurs, une réponse à la lettre ouverte de Jean-Denis Lejeune, publiée à l’occasion de la libération de Michèle Martin. Jean-Denis Lejeune, devenu l'une des personnalités les plus connues en Belgique en raison de son combat médiatique pour la défense de la mémoire des fillettes assassinées, avait annoncé à l'époque qu'il tournait "définitivement" la page de cette affaire.

sur le même sujet, sujet,
 

RETOUR SUR - Une descente de police dans la cellule de Dutroux

RETOUR SUR - Marc Dutroux reste en prison

TEMOIGNAGE - Dutroux : pour sa mère, il va "récidiver"