"La justice n’a pas fait son travail"

  • A
  • A
"La justice n’a pas fait son travail"
L'arrière-grand-père de Maëlle s'inquiète de son retour au domicile familial devant lequel elle a été enlevée, avant d'être violée.@ MaxPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE - L’arrière-grand-père de la fillette violée dans l’Ain estime que la justice a failli.

Les proches de Maëlle, la petite fille de cinq ans enlevée et violée près de Niévroz, dans l’Ain, ne décolèrent pas. Car l’agresseur présumé de la fillette était connu des services de police, condamné en 2009 pour détention d’image pédopornographique. "Evidemment que la justice n’a pas fait son travail", s'insurge ainsi l’arrière-grand-père de Maëlle, interrogé par Europe 1. "Je ne dis pas qu’elle n’a rien fait. Mais si toutefois il y avait vraiment quelqu’un qui surveillait le criminel, je ne comprends pas pourquoi il a laissé faire le kidnapping, lui a permis de rester quatre heures et demi avec la gamine dans la voiture, alors qu’elle est sortie avec des bleus et les vêtements déchirés."

"On ne sait pas trop comment ça va se passer" :

<iframe class="video" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/32465684" frameborder="0"></iframe>

L'homme s’inquiète désormais pour l’avenir de l’enfant, et d’abord pour son retour au domicile familial, devant lequel elle a été enlevée. "On ne sait pas ce que sera le passage de ce portail où elle a été kidnappé", souffle-t-il. "Et ensuite l’école, on ne sait pas trop comment ça va se passer. Parce qu’elle a déjà un peu dit qu’elle ne voulait pas aller à l’école là-bas. Il est certain que même si elle a eu énormément de force, on ne peut pas dire qu’elle va très bien. Ce serait absoudre le criminel."

L’arrière-grand-père veut désormais que la justice tape fort, évoquant même une castration. "Sa manière de se comporter, c’est ignoble. Mais il fallait s’y attendre. Ce genre d’individus est dans le noir, reste dans le noir, il mériterait d’aller dans le noir directement. En tous cas, Je souhaite qu’il ne sorte pas en totale intégrité. Si toutefois il y a des mesures à prendre, qu’ils les prennent sur lui. Que ce soit le chimique, le physique ou autre. Evidemment, je lui souhaite le maximum", conclut l’homme.