La gendarmerie résout l'énigme des 280 camping-cars volés

  • A
  • A
La gendarmerie résout l'énigme des 280 camping-cars volés
280 camping-cars ont été retrouvés pour une valeur de 11 millions d'euros.@ MYCHELE DANIAU / AFP
Partagez sur :

Les vols prenaient de plus en plus d'ampleur depuis cinq ans sur l'ensemble du territoire et les véhicules ne pouvaient pas être retrouvés. La gendarmerie a mis fin à l'énigme.

C'est la fin d'un long mystère et d'une enquête d'ampleur nationale qui a mobilisé 1.800 gendarmes pendant trois ans. 280 camping-cars viennent d'être retrouvés dans 91 départements, le tout pour une valeur de 11 millions d'euros. C'est la première fois que les gendarmes mettent la main sur autant de véhicules volés en France. Une trentaine de personnes, qui ne feraient pas partie d'un réseau unique, sont en garde à vue.

Une technique novatrice pour maquiller les vols. Depuis cinq ans, les vols de camping-cars étaient multipliés par trois (de 112 en 2010 à 322 en 2015, selon le parquet) mais il était impossible de retrouver les véhicules. Et pour cause, les voleurs avaient mis au point un mode opératoire pour maquiller les larcins. Il faut savoir qu'un camping-car a le même châssis qu'un gros fourgon utilitaire. Les malfrats achetaient d'abord une épave de fourgon, puis volaient un luxueux camping-car du même constructeur et enfin se rendaient en préfecture pour le faire re-immatriculer grâce à un faux certificat de carrossage.

Le procureur de Coutances, Renaud Gaudeul explique cette faille du système au micro d'Europe 1 : "Un certificat de carrossage atteste que vous avez effectué une transformation majeure de votre véhicule. Ces faux certificats indiquaient qu'un fourgon était devenu un camping-car." A partir de là, les individus pouvaient obtenir "un nouveau certificat d'immatriculation" pour le camping-car dérobé.

Les voleurs ne se connaissaient pas tous. Un tour de passe-passe qui a pu être révélé grâce à l'enquête de gendarmerie, dont le point de départ a été le vol de quatre camping-cars dans la Manche. La technique ne pourrait a priori plus être utilisée. Quant aux suspects arrêtés, ils ne se connaîtraient pas forcément mais utilisaient tous ce mode opératoire novateur.